Greenpeace veut une enquête judiciaire sur les concessions forestières en RDC | Afrique | DW | 06.05.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Greenpeace veut une enquête judiciaire sur les concessions forestières en RDC

Greenpeace demande à la justice d'enquêter sur des accusations d'attribution illégale de concessions forestières. Six anciens ministres congolais sont visés.

La forêt congolaise serait menacée par une exploitation abusive

La forêt congolaise serait menacée par une exploitation abusive

Pour Irène Wabiwa, de Greenpeace Afrique, les faits sont graves, la forêt congolaise est menacée et la justice doit se saisir de ce dossier

Greenpeace demande à la justice congolaise d'enquêter sur des accusations d'attribution illégale de concessions forestières. Des contrats signés par d’anciens ministres de l'Environnement, entre 2014 et 2020.

Le gré à gré privilégié

Un rapport publié il y a quelques semaines, par l'Inspection générale des finances, accuse en effet six ministres de n'avoir pas lancé d'appels d'offre et d’avoir recouru à une procédure de gré à gré dans l'attribution de contrats forestiers.

Pour Irène Wabiwa, de Greenpeace Afrique, les faits sont graves, la forêt congolaise est menacée et la justice doit se saisir de ce dossier. 

Écouter l'audio 02:44

"Les faits sont graves, la forêt congolaise est menacée", Irène Wabiwa (Greenpeace Afrique)

"Il est plus que temps que l'impunité cesse d'être la norme pour que les responsables de tous ces forfaits répondent de leurs actes devant la justice", insiste Mme Wabiwa.

Lire aussi →RDC : Greenpeace alerte sur le non-respect d'un accord sur la forêt

A plusieurs reprises, Greenpeace et des organisations locales de protection des forêts ont rappelé aux autorités leur engagement de transparence sur des contrats forestiers signés avec des tiers afin de bénéficier d'un financement de 500 millions de dollars dans le cadre de l'Initiative pour la forêt d'Afrique centrale (Cafi).

Fin avril, la ministre congolaise de l'Environnement, Eve Bazaïba, avait suspendu douze contrats forestiers illégaux épinglés dans le rapport de l'IGF.

La RDC abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde après le Brésil, représentant un important réservoir de carbone et une biodiversité d'importance mondiale.

Lire aussi →Glasgow : quelles répercussions sur les forêts congolaises ?