Google fait main basse sur l′Italie | International | DW | 12.03.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Google fait main basse sur l'Italie

L'entreprise américaine et le gouvernement italien ont signé mercredi un accord pour numériser les ouvrages des bibliothèques de Rome et de Florence. Un accord qui relance la polémique sur la toute puissance de Google.

Le projet Google Books a pour ambition de numériser l'ensemble des 50 à 100 millions de livres qui existeraient dans le monde

Le projet Google Books a pour ambition de numériser l'ensemble des 50 à 100 millions de livres qui existeraient dans le monde

Google est depuis plusieurs semaines dans le collimateur de la Commission européenne, comme d'ailleurs l'avait été il y a quelques mois Microsoft. Les services européens de protection de la concurrence reprochent à Google son manque de transparence dans la manière dont il référence les sites sur son moteur de recherche. Désormais, la tension autour de Google va donc s'accroître avec ce contrat signé avec l'état italien. C'est la première fois que Google s’entend avec un état européen. Jusqu'à présent, la firme américaine avait signé des accords avec des bibliothèques comme en France avec la bibliothèque de Lyon.

L'état italien a décidé de faire confiance à Google pour numériser au cours des deux prochaines années environ un million de volumes publiés avant 1860, c’est-à-dire des œuvres tombées dans le domaine public. "Le grand avantage pour nous est que nous pourrons, gratuitement et pour toujours, partager notre culture avec le monde entier", a estimé le ministre italien de la culture, Mario Resca.

Prédateur culturel

Mais ce nouveau succès de Google va relancer la polémique en Europe. Google est présenté par ses détracteurs comme un prédateur culturel qui veut faire main basse sur le patrimoine. Aux Etats-Unis, l’entreprise fait ainsi l'objet d'une plainte déposée par Microsoft, Yahoo! et Amazon : ceux-ci soupçonnent la firme de vouloir s'accaparer la lecture sur Internet avec son projet Google Books. Le ministère de la culture français a aussi refusé l'offre faite par Google de numériser les ouvrages de la Bibliothèque nationale de France au motif que les droits d'auteur n'étaient pas respectés.

Enfin, en Italie, Google a aussi de manière paradoxale des ennuis dans ce pays. Propriétaire du site de vidéos You Tube, l'entreprise américaine a été condamnée le mois dernier par un tribunal de Milan pour avoir diffusé sur Internet une vidéo dans laquelle on voit un enfant autiste malmené par ses camarades d'école. Et en janvier, le gouvernement italien a adopté un décret qui oblige les sites diffusant des contenus audiovisuels à demander une autorisation préalable.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Sandrine Blanchard

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !