Eugène Djué, un ancien de la galaxie patriotique ivoirienne | ACTUALITÉS | DW | 10.12.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

ACTUALITÉS

Eugène Djué, un ancien de la galaxie patriotique ivoirienne

Eugène Djué a été révélé au grand public pendant la crise de 2002 aux côtés de Charles Blé Goudé, alors qu’une rébellion occupait la partie nord de Côte d'Ivoire.

Eugène Djué est le membre fondateur et l’ancien secrétaire général de la Fédération scolaire et estudiantine de Côte d’Ivoire de 1993 à 1994. Il est aussi l'ancien représentant du Front populaire ivoirien (FPI) en France de 1996 à 2002. 

A partir de 2002, rentré au pays à la suite du début la rébellion armée qui a divisé la Côte d’Ivoire, Eugène Djué va créer l’Union des patriotes pour la libération de la Côte d’ivoire (UPLCI). 

Aujourd’hui, vice-président du Front populaire ivoirien, Eugène Djué rejette les appellations de "jeunes patriotes" ou "galaxie patriotique".

"Moi je n’aime pas le mot. Ça nous conduit à la Haye (à la Cour pénale internationale, ndlr). Je n’aime pas ça. Pour nous cette crise n’était pas du tout de l’amusement. J’étais en train de défendre mon pays. J’étais en train de faire en sorte que ce pays ne tombe dans la recolonisation. Ce combat-là pour moi était très important. Je fais partie des patriotes.’’

Elfenbeinküste Unruhen 19.12.2010

En 2006, en pleine crise, les Nations unies vont imposer des sanctions contre Eugène Djué, Charles Blé Goudé et d’autres anciens leaders proches de Laurent Gbagbo. Alors que Charles Blé Goudé se faisait appeler "général", Eugène Djué s’autoproclamait "maréchal". 

Mais à la fin de la crise post-électorale, de nombreux caciques du régime de Laurent Gbagbo ont été emprisonnés ou ont dû choisir l'exil. 

Fidélité à Blé Goudé et Gbagbo

Eugène Djué affirme n’avoir jamais été inquiété et reste fidèle à Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo.

‘’Vous auriez voulu qu’on soit tous à la Cour pénale internationale peut-être?, s'interroge-t-il. Avant de poursuivre : "alors donc je n’étais pas à la CPI. Je suis resté en Côte d’Ivoire. Et c’est comme ça. C’est normal. Il y en a qui sont à la CPI. Il y en a qui sont exilés...", martèle M. Djué qui assure être en"contact régulièrement avec Blé Goudé."

Mais "avec le président Gbagbo, comme je suis dans le groupe de témoins, nos relations sont un peu plus techniques. Je ne peux pas lui rendre visite parce que je suis témoin. Mais Laurent Gbagbo c’est mon 'père'. Je suis le 'fils' de Laurent Gbagbo’’, assure Eugène Djué.

Depuis la fin de la crise de 2010-2011, Eugène Djué se fait de plus en plus rare en public. Il a perdu les avantages que lui conférait son appartenance au régime de Laurent Gbagbo. 

Il a même ôté ses belles chemises blanches aux couleurs du drapeau ivoirien pour enfiler des tuniques en pagne. 

Pour vivre, il a dû aussi accepter de faire des petits boulots, faute de mieux.

"J’ai mes enfants, j’ai ma famille. J’ai les Ivoiriens. J'ai mes activités politiques. Je suis en quête de travail aussi. Depuis presque 10 ans maintenant, je suis chômeur. Je suis planteur. Planteur de café, de cacao. Planteur d’hévéa. Je suis dans le vivrier également. Donc je vais aux champs."

En 2016, Eugène Djué a été candidat malheureux aux législatives dans la région de Bouaké, dont il est originaire, pour le compte du FPI tendance Pascal Affi N’Guessan. 

Pour l’heure, l'ancien membre de la galaxie patriotique ivoirienne poursuit sa traversée du désert avant le retour de son mentor, Laurent Gbagbo.