Ethiopie : une femme au sommet de l′Etat | International | DW | 26.10.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Ethiopie : une femme au sommet de l'Etat

Cette semaine, la presse germanophone s'intéresse notamment à la désignation de Sahle-Work Zewde comme présidente en Ethiopie.

C'est une première en Ethiopie, s'exclame la Neue Zürcher Zeitung. Le journal revient sur le vote du Parlement éthiopien à l'unanimité en faveur de Sahle-Work Zewde - même si la fonction de chef de l'Etat est honorifique, le vrai pouvoir étant concentré entre les mains du chef du gouvernement, Abiy Ahmed. 

Selon la Neue Zürcher Zeitung, l'élection de Sahle-Work Zewde s'inscrit malgré tout dans la politique de réforme engagée par le jeune Premier ministre réformateur Abiy Ahmed. 

Celui-ci a d'abord libéré des milliers de prisonniers politiques avant de signer un accord de paix avec l'Erythrée, pays avec lequel Addis Abeba a entretenu plusieurs années de conflits et de brouilles diplomatiques, relève pour sa part Die Welt. 

Le journal souligne le réalisme politique d'Abiy Ahmed qui a réduit son gouvernement à 20 ministres tandis que le Soudan du Sud, par exemple, en compte 38, le Cameroun 60 et l’Ouganda plus de 80. Die Zeit fait remarquer qu’en Éthiopie, les ministères naguère "réservés aux femmes" tels que la santé ou les affaires sociales, sont non seulement restés sous responsabilité féminine, mais d'autres ministères clés, comme celui du Commerce et la Défense, ont eux aussi été confiés à des femmes.  

Die Welt affirme que le choix porté sur Sahle-Work Zewde n'est pas fortuit. Et pour cause, l'ancienne représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies auprès de l'Union africaine a été ambassadrice de l'Ethiopie en France, à Djibouti et au Sénégal - un bon carnet d'adresse. Mais le choix porté sur cette femme d'expérience confirme surtout la volonté affichée d'Abiy de diriger autrement que ses prédécesseurs rencherit le journal Neue Zürcher Zeitung. 

Un projet modèle change la vie des villageois au Kenya 

On y voit une route de sable rouge qui traverse un paysage aride avec d'innombrables champs de maïs, décrit par le reporter de l'hebdomadaire Die Zeit. Plus loin, dans une vallée, se trouvent quelques maisons et une église en argile. L'office religieux commence par une prière en swahili, puis sur les finances des membres de la communauté - et enfin sur la santé, rapporte Die Zeit. 

Une jeune femme parle d'un sujet qui concerne une personne sur vingt dans le village: le sida. Elle explique comment les personnes sont infectées et pourquoi il est si important de prendre les médicaments quotidiennement contre le virus en sommeil dans le corps des séropositifs. 

Die Zeit explique que plus tard, les habitants du village font la queue sur le parvis devant l’église pour un test VIH gratuit. Mais un fait inhabituel se produit. Deux jeunes hommes se présentent et commencent à parler aux villageois d'autres maladies comme le diabète, l'hypertension et la dépression. Des maladies longtemps considérées comme liées au bien-être, donc secondaires selon le journal. 

 Ces deux hommes viennent du projet Ampath qui a fondamentalement changé l'approche des soins de santé dans l'ouest du Kenya. D’un programme sur le sida, le projet offre désormais à de nombreuses personnes, pour la première fois de leur vie, la possibilité de traiter des maladies qui étaient jusqu'à présent ignorées par les villageois rapporte Die Zeit.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !