″Envahisseurs latinos″ : le tireur d′El Paso reprend les mots de Trump | Vu d′Allemagne | DW | 05.08.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

"Envahisseurs latinos" : le tireur d'El Paso reprend les mots de Trump

Les journaux allemands se posent la question de la responsabilité des discours et des tweets racistes de Donald Trump après le massacre anti-latinos d'El Paso.

"Une journée ordinaire en Amérique", titre la Süddeutsche Zeitung. "En à peine quelques heures 29 personnes sont abattues aux Etats-Unis. Faits exceptionnels? demande le journal. Et de répondre "Malheureusement non. A la fin, il y a les tristes statistiques et le constat impuissant : cela peut arriver à n'importe qui, n'importe quand."

La suite de l'article n'est pas plus rassurante. Pour les téléspectateurs, les images de ces drames sont devenues banales. "Les scènes de crime ne se différencient plus que par le décor. Quand on voit des palmiers, on sait que c'est quelque part dans le sud. Le droit de posséder une arme est un droit fondamental, rentrer en vie à la maison ne l'est pas."

C'est donc toujours la même chose. Une (ou des) tuerie de masse se produit, cette fois dans un centre commercial à El Paso et devant un bar à Dayton.  S'en suivent les débat sur les armes et sur les motivations des tireurs. Ces dernières sont souvent racistes. Ainsi, à El Paso, c'est la communauté latino qui a été visée par un blanc.

Les "envahisseurs latinos"

L'homme de 21 ans a laissé derrière lui un manifeste dans lequel il inscrit son acte dans une la lutte contre le remplacement de la population par ce qu'il nomme des "envahisseurs latinos".

"Les démocrates accusent Donald Trump d'être coresponsable du massacre d'El Paso", rapporte la Frankfurter Allgemeine Zeitung, en citant un candidat démocrate à la présidentielle de 2020. Celui-ci explique que "ce n'est pas un hasard si le nationalisme blanc a prospéré pendant le mandat de Trump."

Notre Nation doit condamner d'une seule voix le racisme, le sectarisme, et le suprémacisme blanc, a dit Donald Trump à la Maison Blanche.

"Notre Nation doit condamner d'une seule voix le racisme, le sectarisme, et le suprémacisme blanc", a dit Donald Trump à la Maison Blanche.

Pour la Frankfurter Rundschau, il n'est ainsi "pas étonnant et pourtant effrayant de voir les similitudes dans le choix des mots entre le manifeste du tueur et le vocabulaire de Donald Trump, qui lui aussi qualifie les latinos d'envahisseurs."

Pour la Tageszeitung, c'est "la menace blanche". "Une fois de plus, un homme blanc a délibérément tué des personnes à cause de leur pays d'origine et de leur couleur de peau."

Mais le journal met en garde contre les raccourcis qui consistent à uniquement pointer du doigt le président américain et ses déclarations racistes à répétition pour expliquer cette attaque terroriste. Même s'il "serait faux de nier que Trump a répandu ces thèses plus rapidement" que la plupart des leaders d'extrême droite, "Trump n'a pas inventé ces théories".