En Arménie et au Nicaragua la pression de la rue fait plier les gouvernements | Vu d′Allemagne | DW | 24.04.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

En Arménie et au Nicaragua la pression de la rue fait plier les gouvernements

Les journaux allemands reviennent, ce mardi, sur les manifestations monstres en Arménie et au Nicaragua. Dans les deux pays la pressions de la rue a déjà payé.

Armenien Proteste (Reuters/V. Baghdasaryan)

Manifestation à Yerevan en Arménie ce lundi 23 avril.

En Arménie, le premier ministre a même démissionné ce lundi, provoquant des scènes de liesses dans les rues. "Des gens hurlaient, "on a gagné" avec des drapeaux aux couleurs du pays, rouge, jaune et orange", raconte la Tageszeitung. Le soulagement donc pour les manifestants de ce petit pays à l'est de la Turquie, dans le Caucase. Ils manifestaient depuis une dizaine de jours.

Armenische Präsident Sersch Sargsjan (picture-alliance/dpa/R. Jensen)

Sersch Sargsjan a été président et venait d'être nommé premier ministre.

"Sersch Sargsjan, le premier ministre est parti après six jours seulement au poste de premier ministre", explique le journal. Alors pourquoi tant de défiance après un mandat qui débutait à peine ?

"En fait, le premier ministre a été président du pays pendant 10 ans, jusqu'au 9 avril, et il a décidé ensuite de passer au poste de premier ministre", explique la Taz. C'est ça qui a provoqué les plus grosses manifestations dans le pays depuis 1991 ! "La délivrance du passé", titre la télévision publique allemande qui revient elle aussi sur ces événements.

Première victoire et poursuite du mouvement au Nicaragua

À l'autre bout du monde, au Nicaragua, en Amérique centrale, les habitants sont aussi des milliers dans la rue. "Là-bas des manifestations très violentes ayant fait au moins 30 morts ont conduit au retrait de la réforme de la sécurité sociale. Pourtant les défilés continuent", s'étonne le Spiegel Online.

Un journaliste allemand sur place dépeint ces cortèges dans de très nombreuses villes ce lundi encore. "Les manifestants appellent à la paix, la liberté et au départ du président Daniel Ortega." "Le pays a réussi sa lutte contre le trafic de drogue et est normalement calme, mais les investissements économiques deviennent urgents", décrypte la Taz.

Lutte contre l'oligarchie

"Les manifestations contre la réforme de la sécurité sociale réprimées dans le sang ont exacerbé les tensions", poursuit ensuite le journal. Le quotidien raconte qu'on découvre aussi des scandales dans les plus hautes sphères de l'Etat. Des villas de luxe au Costa Rica voisin ou en Espagne pour certains élus, des implications dans le trafic du bois... Les gens en ont assez.

Alors que ce soit au Nicaragua ou en Arménie, les manifestants espèrent maintenant que leur première victoire en appellera d'autres. Et une surtout : "Celle contre l'oligarchie à la tête du pays", explique un journaliste arménien cité dans la Taz allemande. "Nos chances sont bonnes", dit-il.

Liens