1. Aller au contenu
  2. Aller au menu principal
  3. Voir les autres sites DW

Deux militants du FNDC opposés à la junte arrêtés en Guinée

11 juillet 2024

En Guinée, suite à l’arrestation musclée de deux activistes, la société civile dénonce des méthodes d’intimidation d’une autre époque.

https://p.dw.com/p/4iC2s
Mamady Doumbouya
Les grands partis sont réduits à l'inaction, des opposants sont arrêtés ou poussés à l'exilImage : CELLOU BINANI/AFP/ Getty Images

En Guinée, Foniké Menguè et Mamadou Billo Bah ont été arrêtés et conduits vers une destination inconnue.  

Leurs avocats parlent d’un enlèvement extrajudiciaire. Foniké Menguè et Mamadou Billo pourraient être détenus dans une caserne militaire sur l’île Kassa, située en face de Conakry.  La DW s’est rendue chez Foniké Mengué pour rencontrer sa belle-sœur qui a assisté à son arrestation. 

Selon Aicha Doukouré, c’est aux environs de 22 heures, mardi soir 9 juillet, qu’un homme est venu donner l’alerte. Puis des hommes cagoulés ont fait irruption dans la concession familiale de Foniké Menguè. Sur place, lui et Mamadou Billo Bah ont été emmenés de force.  

Aicha Doukouré parle d’une scène surréaliste. Selon elle, "il y avait six pickups, des hommes cagoulés, des membres des forces spéciales, des Bata (Bataillon autonome des troupes aéroportées, ndlr), tous armés. D’autres postés aux alentours de la maison, aussi armés jusqu’aux dents. On aurait cru qu’on était en guerre. C’est quelque chose que j’ai vu seulement dans les films. On dirait qu’ils sont venus arrêter un criminel ou un bandit”.

Aktivist Foninké Mengué alias Oumar Sylla aus Guinea
Image : Dirke Köpp/DW

"Anciennes pratiques"

Du côté de l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme, on dénonce des pratiques anciennes qui reviennent pour faire taire les opposants.  

Alseny Sall, responsable communication de l'OGDH, estime que "ce mode opératoire d’arrestation, c’est quelque chose que nous avons vécu avant le 5 septembre et beaucoup d’acteurs, y compris Foniké Menguè et tant d’autres, ont fait l’objet de ces types de pratiques et d’arrestations que nous avons dénoncées, déplorées et regrettées. Evidemment, depuis le 5 septembre, lors de la prise du pouvoir, le CNRD (Comité national du rassemblement pour le développement, le nom que s’est attribué la junte au pouvoir, ndlr) avait annoncé la justice comme étant la boussole et aussi vouloir lutter contre le piétinement des libertés. Malheureusement, aujourd’hui, il y a une résurgence de ces anciennes pratiques qui, pour nous en tout cas, sont un mode opératoire qui vise à intimider, effrayer et créer la peur dans la cité". 

Ecoutez le reportage à Conakry...

Le pouvoir reste silencieux 

Pour l’heure, on ignore les motifs de l’arrestation de Foniké Menguè et Mamadou Billo.  

Au siège du Front national de défense de la Constitution, qui a été dissous et dont Foniké Menguè était le coordinateur national, c’est le silence. Tout comme au niveau du gouvernement. 

Pour rappel, les organisations de la société civile, dont le FNDC, avaient appelé à manifester les 30 et 31 juillet prochain contre notamment la vie chère et la fermeture de certains médias.  

L’Union sacrée des forces vives de Guinée a finalement annulé sa conférence de presse, prévue ce jeudi (11.07), pour "des raisons qui lui sont propres".