Deux grandes actualités en Allemagne : le lait et Telekom | Vu d′Allemagne | DW | 03.06.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Deux grandes actualités en Allemagne : le lait et Telekom

Les journaux allemands commentent largement la grève des producteurs de lait qui protestent contre les prix trop bas imposés par les laiteries et les grandes surfaces. Ils reviennent aussi sur l'affaire Deutsche Telekom.

Aus einem Tankanhänger versprüht ein Landwirt am Dienstag (03.06.2008) nördlich von Bützow frisch gemolkene Milch auf einem Acker. Der Milchbetrieb in Hohen Luckow vernichtet täglich 40.000 Liter Milch seiner 1.500 Kühe. Gemeinsam mit vielen Bauern der Region setzt der Hof damit den seit einer Woche laufenden Lieferboykott von Milch weiter fort. Zusätzlich blockieren Milchbauern in Mecklenburg-Vorpommern insgesamt sechs Molkereien. Foto: Jens Büttner dpa/lmv +++(c) dpa - Bildfunk+++

Bützow, dans le nord-est : un agriculteur proteste en pulvérisant du lait dans un champ

Les fermiers laitiers allemands ont bien évalué leur situation : ils savent qu'ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour s'en sortir, affirme la Tageszeitung. Les hésitations populistes du ministre de l'Agriculture Horst Seehofer prouvent qu'ils ne peuvent pas se fier à la politique. L'année dernière, lorsque les prix du lait ont augmenté, il était du côté des consommateurs et s'est battu pour les rabaisser. Maintenant que les prix se sont écroulés, le ministre soutient les revendications des agriculteurs avec une augmentation des subventions.


« Des producteurs de lait amers » titre la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Malgré toutes les tentatives pour limiter les quantités au moyen de quotas, il y a trop de lait. C'est pourquoi le lait n'est pas cher (contrairement au pétrole). Si les producteurs décident alors de ne plus en livrer, c'est leur bon droit. Il leur appartient. Mais ils sont aussi eux-mêmes responsables de ce problème d'excédents, car ils ont élargi leur production du temps où les prix étaient élevés. C'est de l'économie de marché appliquée, on ne peut pas y faire grand-chose.


Das Logo an der Telekom Zentrale spiegelt sich am Donnerstag, 28.Feb.2008 vor der Bilanz Pressekonferenz in Bonn.(AP Photo/Frank Augstein) The Telekom logo is reflected at the headquarters in Bonn , western Germany, prior the annual balance news conference Thursday Feb.28,2008. (AP Photo/Frank Augstein)

Le numéro un allemand des télécommunications est secoué par la révélation de pratiques d'espionnage des données téléphoniques - et peut-être aussi bancaires - du conseil de surveillance et de journalistes

Die Welt se penche sur un autre dossier qui touche actuellement l'Allemagne : l'affaire d'espionnage chez Deutsche Telekom. Rien de plus fâcheux n'aurait pu se produire pour le ministre de l'intérieur Wolfgang Schäuble, de l'avis du quotidien. On est en plein débat sur l'utilisation des nouvelles technologies d'information dans la lutte contre le terrorisme mondial et la criminalité organisée, et là le scandale des télécoms surgit et fait la Une des journaux chaque jour. Ceci est d'autant plus fâcheux que l'énorme agitation qui a lieu dans les étages supérieurs du géant rose ébranle la confiance des citoyens.


On a discuté pendant des années pour savoir si l'observation des données personnelles était une chose malhonnête réservée aux gens malhonnêtes, rappelle la Süddeutsche Zeitung. Mais la protection de la vie privée, explique la SZ, n'est pas une question de protection de données abstraites, mais de citoyens bien réels.

  • Date 03.06.2008
  • Auteur Anne-Julie Martin
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/EC0P
  • Date 03.06.2008
  • Auteur Anne-Julie Martin
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/EC0P
Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !