Des sinistrés toujours en attente à Brazzaville | Afrique | DW | 30.03.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Des sinistrés toujours en attente à Brazzaville

Plus de 220 personnes sont mortes, le 4 mars dernier, dans l'explosion d'un dépôt d'armes de Brazzaville, au Congo. Près d'un mois plus tard, la situation des sinistrés est toujours catastrophique.

default

Photo prise le 7 mars, trois jours après l'explosion

Près d’un mois après la catastrophe la situation reste extrêmement précaire. Dès le jour de l’accident, l’aide d’urgence s’est organisée, entre les organismes internationaux et locaux, pour désengorger le CHU et l’hôpital de Makélékélé.


Aujourd’hui, des sites sont opérationnels, dans lesquels près de 1500 sinistrés peuvent bénéficier de soins de santé primaire. Une équipe de psychologues est aussi sur le pied de guerre, pour surmonter les traumatismes. A quoi s’ajoutent 10 sites de déplacés qui accueillent près de 4000 personnes en attente d’un relogement. Des sites dans lesquels sont mis en place des projets d’hygiène, d’assainissement, de drainage des eaux, de traitement de l’eau pour la rendre potable.

Kongo Explosion in einem Munitionsdepot

L'explosion a fait de nombreux blessés

Les promesses des autorités ...

Les autorités ont promis de dédommager les victimes, mais le versement des indemnités a pris du retard. Antoine Ngakeni, conseiller financier du ministre congolais des finances, a expliqué à notre correspondant à Brazzaville, que ce délai est dû à un mauvais recensement des bénéficiaires et à des fraudes:

« Nous avons élaboré une fiche que nous appelons « déclaration sur l’honneur », qui va faire en sorte que si d’aventure quelqu’un qui ne mérite pas arrive à passer au travers des mailles du filet, on puisse, sur la base de cette déclaration, le rattraper et se faire rembourser. Pour le paiement, il n’y a aucun problème et l’argent est disponible. »

... sont des promesses toujours non tenues

Médecins sans Frontières pointe du doigt les insuffisances des autorités congolaises. Témoignage de Katia Marino, chef de mission pour MSF France au Congo Brazzaville:

Kongo-Brazzaville Explosionsserie in Brazzaville Verletzte

Les médecins continuent de porter de l'aide aux sinistrés

« Le gouvernement a bien sûr promis certaines choses, comme la construction de 5000 maisons, des allocations de 3000 Francs par famille, et d’autres allocations du gouvernement qui ne sont pas encore déterminées. Mais tout le monde ne les a pas reçues et pour les maisons, la construction n’a pas commencé. Et elle doit avoir lieu à 22 km du centre ville. Donc on se demande si les déplacés voudront bien aller si loin s’installer dans ces logements-là. »

Katia Marino nous a confirmé que 5 cas de choléra ont été avérés ces derniers jours à Brazzaville, 7 autres devraient être confirmés dans la journée. Des campagnes de sensibilisation et de prévention sont lancées, mais là encore MSF dénonce la lenteur des actions menées par les autorités alors que des moyens supplémentaires ont afflué et que les ressources en personnel seraient disponibles.

Auteur: Sandrine Blanchard et Olivier Otou
Edition: Philippe Pognan