Des scrutins qui remuent l′Allemagne | Vu d′Allemagne | DW | 07.05.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Des scrutins qui remuent l'Allemagne

A La Une : la victoire de François Hollande en France, la chute libre des deux grands partis aux législatives en Grèce et les résultats du scrutin dans l’Etat régional du Schleswig-Holstein, dans le nord de l’Allemagne.

Drapeau du parti des Pirates

Drapeau du parti des Pirates

Pas de grand gagnant dans le Schleswig-Holstein, les conservateurs de la CDU d'Angela Merkel arrivent légèrement en tête, suivis à quasi-égalité des sociaux-démocrates du SPD, puis des Verts. Alors qu'on en doutait, les libéraux du FDP arrivent à se maintenir au parlement. Ce vote représente surtout une victoire pour le parti des Pirates, nouveau sur la scène politique allemande, et qui avec un score de 8% entre pour la troisième fois au sein d'un parlement régional.

C'est l'heure de gloire des petits partis, écrit die Welt. Les Pirates ont réduit le score des Verts de plusieurs points décisifs, des points qui auraient sinon sans doute permis aux écologistes d'accéder au pouvoir aux côtés des sociaux-démocrates. L'élection d'un parlement régional dans le nord de l'Allemagne n'avait pas représenté un événement national depuis des années.

Bien qu'en baisse, le FDP reste représenté au parlement régional

Bien qu'en baisse, le FDP reste représenté au parlement régional

Ce scrutin envoie un signal pour les élections en Rhénanie du Nord-Westphalie dimanche prochain et pour les législatives de 2013 : si au départ les Pirates étaient amusants pour les sociaux-démocrates, ils sont aujourd'hui devenus dérangeants, car ils nuisent au modèle de coalition rouge-vert prôné par le SPD.

La Südwest-Presse voit les choses différemment : le message envoyé par ce scrutin, c'est que le modèle de coalition conservatrice-libérale est dépassé. Mais au moins, les libéraux du FDP ont réussi à sauver la mise et à passer la barre des 5%. Pour les sociaux-démocrates et les Verts, les perspectives à moyen terme ne sont pas roses non plus, même si le vent pourrait brièvement tourner en Rhénanie du Nord-Westphalie. Car à l'échelle nationale comme dans le nord, les deux partenaires potentiels manquent d'alliés politiques.

Quelles conséquences auront les scrutins francais et grecs ?

Alors qu'elle avait soutenu le président sortant, Angela Merkel devra composer avec François Hollande

Alors qu'elle avait soutenu le président sortant, Angela Merkel devra composer avec François Hollande

Les résultats du vote au Schleswig-Holstein sont évidemment importants, écrit la Frankfurter Rundschau, mais ils préoccupent certainement moins Angela Merkel que l'issue de la présidentielle en France. Bien sûr, la chancelière n'est pas assez naïve pour croire que la victoire de Hollande va provoquer une révolution socialiste en France. De plus, elle sait que les promesses électorales d'un candidat ne sont pas la même chose que son futur programme politique.

Le Tagespiegel estime de son côté que les résultats des élections en France, mais aussi en Grèce, pourraient représenter un problème pour la stratégie européenne d'Angela Merkel, basée avant tout sur la solidité financière. Une Grèce qui ne veut plus contribuer elle-même à sa guérison économique et une France qui tourne le dos à la discipline budgétaire, cela signifie que l'Allemagne a encore moins d'alliés et même qu'elle en a trop peu.

Auteur : Aude Gensbittel
Edition : Sébastien Martineau

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !