Des larmes de joie | Spécial | DW | 06.12.2013
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Spécial

Des larmes de joie

Subry Govender travaillait comme correspondant pour la Deutsche Welle en Afrique du Sud. Il était là lorsque Nelson Mandela fut libéré de prison, en 1990.

Subry Govender, ancien correspondant de la DW en Afrique du Sud

Subry Govender, ancien correspondant de la DW en Afrique du Sud

Les apparitions de Nelson Mandela restent dans toutes les mémoires, même dans celle de nos journalistes. Subry Govender travaillait en tant que correspondant pour la Deutsche Welle en Afrique du Sud. Pendant trois années il fut interdit de travailler en tant que journaliste par le régime de l'Apartheid. Ses compte-rendus représentaient soit-disant une « menace pour la sécurité de l'État ».

Le jour où on annonce que Mandela va être liberé, la Deutsche Welle appelle son correspondant. On lui demande de se rendre immédiatement sur place et d'enregistrer toutes les réactions qu'il peut trouver. Subry Govener saute dans une voiture et se rend directement à la prison.

Nelson Mandela à sa sortie de prison

Nelson Mandela à sa sortie de prison

« A quelque pas de moi seulement, j'aperçois Mandela, main dans la main avec sa femme Winnie, qui passent ensemble la porte de la prison. Il lève sa main droite en l'air et il nous salue. Il était rayonnant, et les gens autour de moi avaient les larmes aux yeux. Quelques uns pleuraient de joie et se mettaient à danser. En voyant passer Mandela, ma gorge se noua. »

On l'informe qu'il doit se rendre au centre ville du Cap, où un discours de Mandela est attendu. Quand il arrive, 10. 000 personnes sont déjà regroupées. Subry Govener se souvient très bien de l'ambiance.

« Les gens portaient les couleurs de l'ANC: jaune, noir et vert, ils chantaient des chants pour la liberté et ils criaient: 'Le pouvoir nous appartient'. J'essayais de contenir mon émotion pour faire les interviews et enregistrer cette atmosphère euphorique. Et Mandela est arrivé, souriant et rayonnant, il leva son pouce et il répondit à la foule: 'Amandla Amandla - Le pouvoir !' »

Les premières paroles de Nelson Mandela libéré sont alors retransmises dans le monde entier. Pour Subry Gevender, ce fut une « grande joie et un honneur de rendre compte de cet événement aux auditeurs de la Deutsche Welle dans le monde entier ».