Des experts électoraux de la Cédéao à Conakry | Afrique | DW | 03.03.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Des experts électoraux de la Cédéao à Conakry

Selon les autorités guinéennes, la mission des experts électoraux de la Cédéao vient pour évaluer le fichier électoral qui comporterait des anomalies. L’opposition attend plutôt une refonte de ce fichier contesté.

Écouter l'audio 02:03

"La mission ne va pas auditer le fichier" (Bakary Mansaré)

Après le report des législatives et du référendum contesté par l'opposition guinéenne, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) compte d'abord examiner son niveau d'avancement dans le processus électoral.

Elle devrait aussi analyser l’impact du report du vote jumelé avant de faire remonter les informations auprès de la Cour constitutionnelle.

Mais le cœur du problème reste le fichier électoral. Puisque l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) dénonce la présence de 2,4 millions d’électeurs suspects.

L'organisation internationale de la Francophonie (OIF) avait jugé problématiques près de 2,5 millions de noms d'électeurs figurant sur les listes

L'organisation internationale de la Francophonie (OIF) avait jugé "problématiques" près de 2,5 millions de noms d'électeurs figurant sur les listes

Espoir et craintes

L’arrivée de la mission suscite de l’espoir au sein de l’opposition. Car ceci pourrait permettre aux experts de se pencher en particulier sur les irrégularités dénoncées.

Problème, la Céni avertit que les experts de l’OIF et de la Cédéao ne viennent pas en Guinée pour auditer le fichier électoral.

"On était à un jour du vote. Nous allons évaluer tout ça. Bien évidemment que nous attendons encore les missions de l'OIF et de la Cédéao qui ne viennent pas pour auditer. J'insiste sur la question, mais pour évaluer l'application des recommandations de l'audit du fichier électoral. Et aussi voir effectivement des avancées enregistrées par la Céni qu'il ne faut pas passer sous silence comme le fait croire le communiqué de l'OIF. À la suite de ça, la Céni va faire ses observations et tirer les enseignements", précise Bakary Mansaré, vice-président de la Céni.

Le chef de file de l'opposition, Cellou Dalein Diallo pense que le report du double scrutin est insuffisant

Le chef de file de l'opposition, Cellou Dalein Diallo pense que le report du double scrutin est insuffisant

Poursuite de la campagne électorale

Pour l’heure, aucune date n'a été fixée pour la tenue du vote jumelé. Cependant, le vice-président de la Céni affirme que la campagne électorale va suivre son cours normal.

Écouter l'audio 01:42

"Nous avons envoyé une équipe d'auditeurs pour voir le fichier électoral" (Général Francis Awagbè Béhanzin, commissaire de la Cédéao)

"La campagne va se poursuivre jusqu'à la veille du scrutin. De ce qui sortira de nos activités avec la Cédéao et l'OIF nous allons pouvoir cadrer l'organisation des futures élections au bout de deux mois."

Cette mission d’assistance technique à la commission électorale nationale indépendante (Céni) sera composée de trois experts spécialisés en matière d’audit de fichier électoral. Elle devrait s’étendre sur dix jours selon une lettre adressée par le Général Francis Awagbè Béhanzin, le commissaire de la Cédéao au département Affaires politiques, paix et sécurité, au ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’extérieur.

Le président Alpha Condé a annoncé vendredi soir (28.02.2020) avoir "accepté un report, léger, de la date" du référendum et des législatives, qui font l'objet d'une contestation depuis la mi-octobre.

Les partisans d’Alpha Condé poursuivent la campagne électorale dans tout le pays

Les partisans d’Alpha Condé poursuivent la campagne électorale dans tout le pays

Le report "doit être de deux semaines", a-t-il écrit dans une lettre à la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (Cédéao).

L'opposition juge le report du double scrutin insuffisant. À l’en croire, il "ne répond nullement à la demande légitime du peuple de renoncer au troisième mandat et au référendum constitutionnel".

Audios et vidéos sur le sujet