De graves inondations également au Niger | Afrique | DW | 09.08.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

De graves inondations également au Niger

Les eaux du Niger ont atteint un niveau jamais observé depuis 1929. Les inondations ont déjà fait plusieurs milliers de sinistrés dans la capitale du Niger, Niamey, et s'étendent à d'autres zones. Pourquoi cette crue?

default

Pont Kennedy, à Niamey, en 2007

Le Niger n’avait pas vraiment besoin de ça. De larges pans du pays sont touchés par la famine depuis plusieurs mois et voilà que le fleuve Niger vient inonder des milliers d'hectares de champs de mil et des rizières, compromettant ainsi chaque jour un peu plus les récoltes. Dans la capitale, des quartiers entiers ont déjà dû être évacués et désormais, les inondations touchent également les régions de Dosso, dans le sud, et de Tillabéri, dans l'ouest.

Niger Hungerkrise

Le cours des céréales risque de grimper.

Pourquoi maintenant ?

La première explication, la plus évidente, est d’ordre météorologique : il pleut, donc le fleuve déborde. Brahima Coulibaly en sait quelque chose. Il coordonne au niveau régional le projet Niger-Hycos, et est à ce titre chargé, au sein de l’Autorité du Bassin du Niger, du suivi du fleuve. Grâce à une centaine de stations placées sur le cours principal du Niger et ses affluents, dans les neuf pays membres de l’ABN, il a observé avec son équipe des précipitations cumulées, supérieures de 56% à la moyenne enregistrée entre 1971 et 2000:

« Cette situation a eu pour conséquence la rupture ou le débordement de nombreux barrages avec de gros déversements sur le bassin, ce qui a eu donc un impact sur les écoulements à Niamey. Les données ont montré que la pluie actuelle est la plus importante jamais observée pendant le mois d’août depuis le début des observations. »

Niger Volksabstimmung Jungen auf dem Nachhauseweg

Le Niger, troisième fleuve d'Afrique, a un avenir incertain.

Erosion = Ensablement

La pluviométrie exceptionnelle ne suffit pas à expliquer cette crue si dévastatrice. Si le Niger sort plus facilement de son lit, c’est aussi dû à l’avancée du désert. Razafindrakoto Léon-Guy, chef du département prévisions et veille météorologiques à l'Acmad, le Centre africain des applications de la météorologie au développement, à Niamey:

« Ce qui donne cet effet, c’est l’ensablement du fleuve. Parce qu’il y a trop d’érosion, donc le fleuve est ensablé. La quantité de pluie estenregistrée en amont, c’est l’aval qui subit. »

Et dans les prochains jours, les prévisions météo ne sont pas très optimistes. De nouvelles précipitations sont prévues sur le bassin du Niger.Ce qui devrait encore augmenter le débit du fleuve. Les mesures en fin de semaine dernière accusaient 1990 mètres cubes par seconde, un record depuis 1929.

Auteur: Sandrine Blanchard
Edition: Marie-Ange Pioerron

Audios et vidéos sur le sujet