Dans l′est de la RDC, le mystère autour de l′exploitation du pétrole | Afrique | DW | 02.10.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Dans l'est de la RDC, le mystère autour de l'exploitation du pétrole

En RDC, des trafics douteux de licence d'exploitation plombent le fonctionnement des blocs pétroliers en Ituri dans l'Est. Les populations s'en plaignent.

Cette image montre une installation pétrolière dans le Delta du Niger

Le contrat signé avec Dan Gertler remonte au régime de Joseph Kabila

A Bunia, dans la province congolaise d'Ituri, les blocs pétroliers I, II et III du Graben Albertine sont inexploités depuis une dizaine d'années. L'acquisition puis la revente de licences, notamment par l'homme d'affaires israélien Dan Gertler, expliquerait cet immobilisme qui fait que les populations ne profitent pas de ces richesses. 

Si ces blocs pétroliers sont une propriété partagée aussi bien par l'Ouganda que la RDC, du côté congolais les opérations d'extraction du pétrole peinent à démarrer tandis que du côté ougandais c'est tout le contraire.

Une situation que déplorent les populations locales congolaises. Selon Marie- Noël Nyaloka, coordonnatrice par intérim de la société civile de l'Ituri, "cela fait des années que le bloc III du Graben Albertine est sous la gestion de la société Total qui a signé un contrat d'exploration qui malheureusement n'est pas réalisé à ce jour. Cette situation ne profite pas à l'Etat congolais encore moins aux populations. Donc, la population locale est victime de ses ressources naturelles".

Revoir les textes de loi

Écouter l'audio 02:14

Marie Noel Nyaloka : "la population est victime de ses ressources"

En guise de solution, Ezéchiel Bati Muki, député provincial en Ituri propose d'actualiser les lois qui régissent le secteur des hydrocarbures en RDC.

"L'expérience a montré que nombreuses sont les sociétés qui ont gagné les blocs pétroliers I, II et III. Mais, surtout pour celui du Graben Albertine, ces mêmes sociétés qui ont gagné ces marchés vont ensuite chercher d'autres multinationales et vont les revendre. La législation congolaise a évolué et aujourd'hui les clauses sont inadaptées", suggère l'élu.

Lire aussi → Face aux massacres, l'Etat congolais critiqué dans l'est

Mais il n'y a pas que les clauses qui semblent inadaptées. Pour les membres de la société civile, l'autre grand problème concernant la gestion de ces blocs pétroliers se cristallise autour de l'homme d'affaire israélien Dan Gertler.

La corruption

Pour Jimmy Munguriek, secrétaire général du Cadre de concertation de la société civile de l'Ituri sur les ressources naturelles, "aujourd'hui, le bloc pétrolier III n'est pas exploité et curieusement son détenteur, Dan Gertler, cherche à revendre le bloc. Il cherche même à le revendre au gouvernement congolais moyennant presque 150 millions de dollars et pourtant il ne l'a pas acquis à ce prix là. Il a acquis par des voies d'opacité qui couvrent même des pratiques de corruption".

Pendant ce temps, les populations de l'Ituri continuent de vivre dans un contexte sécuritaire déliquescent tout en ne profitant pas de la richesse de leurs ressources naturelles.