Dégradation des terres, le GIEC met en garde | International | DW | 08.08.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Dégradation des terres, le GIEC met en garde

Un nouveau rapport du GIEC montre que les changements climatiques ont un impact sur les terres et vice versa. Sans un changement radical du système alimentaire mondial, nos moyens de subsistance risquent de disparaître.

La population mondiale augmente et avec elle, la consommation alimentaire. Cette tendance va s'intensifier dans un proche avenir mais les ressources de notre planète sont limitées et les terres agricoles ne font pas exception.

Selon les experts du Groupe d'experts intergouvernemental sur le climat, le GIEC, 70% des terres émergées et non recouvertes par les glaces sont directement exploitées par l’homme. Environ un quart de cette surface est dégradée par leurs activités, indique ce rapport.

Dans leurs études, les auteurs se sont concentrés sur le problème de l'épuisement des terres et l’état fragile des forêts. Ce qui exacerbe le changement climatique, celui-ci ayant à son tour une incidence négative sur les forêts et les terres - un cercle vicieux donc.

Cette conclusion n’est pas nouvelle. Si dans certains pays, la dégradation des forêts engendre la dégradation des terres et exacerbe les changements climatiques, dans d’autres, comme le Niger, c’est le réchauffement climatique qui plutôt, explique la désertification, c’est-à-dire, la dégradation des terres surtout agricoles. Et c’est un handicap majeur pour les paysans pour cultiver leurs terres. 

Au Niger, le phénomène est réel 

Dans la localité de Sargadji, dans la région de Dosso, dans l’est du pays, l’aridité du sol est un handicap majeur pour l’agriculture. Dans cette région,  le sol est totalement asséché sous l’effet de la chaleur. 

En plus d'un impact sur la biodiversité, la dégradation des sols signifie pour les paysans la disparition du support pour la production alimentaire. 

Certains n’ont d’autres choix que de quitter leurs fermes et villages pour les villes voisines ou d’autres localités, créant parfois des conflits à cause des ressources. Sargadji a ainsi déjà perdu près de la moitié de ses habitants.

Réaction de l’UNCCD

"Nous ne pouvons éviter les pires ravages du changement climatique sans agir pour lutter contre la dégradation des sols", a réagi après la publication du rapport ce jeudi, Ibrahim Thiaw, vice-Secrétaire général des Nations unies et également Secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD). 

Pour ce dernier, qui est en charge la lutte contre la désertification dans le monde, l'humanité sait depuis plus de 25 ans que la mauvaise utilisation et la mauvaise gestion des terres sont les principaux moteurs du changement climatique. Mais il déplore le manque de volonté politique d'agir. 

"Avec la publication du rapport spécial du GIEC sur le changement climatique et les terres, qui clarifie les conséquences de l'inaction, nous n'avons plus aucune excuse pour attendre plus longtemps avant d’agir", a ajouté Ibrahim Thiaw.

L’adaptation recommandée

Effectivement, les actions tardent à se concrétiser notamment pour venir en aide aux plus vulnérables face aux changements climatiques. Face à l'érosion et la désertification, de plus en plus d'agriculteurs ne peuvent plus utiliser leurs champs. 

À Sargadji, au Niger, Sounna Moussa fait partie des rares paysans restés pour s’adapter à l’assèchement du sol dû au réchauffement climatique. 

"Au début, certains croyaient que j'étais fou. Mais aujourd'hui, j'arrive à nourrir ma famille".

Grâce à un compas géant fabriqué par le forgeron du village, une pioche et une pelle, Sounna Moussa pratique un système d'irrigation spécial, la "demi-lune", qui rend son sol de nouveau fertile. La demi-lune est une technique de régénération naturelle assistée. 

Sa technique, vieille de plusieurs siècles, avait été complètement oubliée. Les experts dans la région la recommandent et insistent également sur la plantation de cultures plus traditionnelles plutôt que des monocultures.

Les principaux points du rapport

-Des terres dégradées

Plus de 70% des terres émergées et non recouvertes par les glaces sont directement exploitées par l'homme. Près d’un quart de cette surface est dégradée par ses activités et entraine une hausse des émissions de gaz à effet de serre, une perte d'écosystèmes et une baisse de la biodiversité.

-Un réchauffement rapide

La température moyenne mondiale sur les surfaces émergées augmente. Celle-ci a progressé "de 1,53°C" depuis la période préindustrielle". Conséquence : intensification des canicules et des sécheresses, diminution des récoltes dans certaines régions ou encore une productivité moindre des systèmes pastoraux en Afrique. La sécurité alimentaire est plus que jamais menacée.

-Le poids du système alimentaire

L'agriculture, la sylviculture et les autres usages de la terre, comme l'élevage, représentent 23% du total des émissions. L'approvisionnement en viande par habitant a plus que doublé en moyenne depuis 1961, alors même que 820 millions de personnes souffrent de la faim.

-Comment utiliser les terres

Le GIEC a élaboré différents modèles qui incluent des mesures d'atténuation basées sur les terres et des changements d'usage, combinant reboisement, une déforestation réduite et l'utilisation des bioénergies.

-Gérer et consommer autrement

Le GIEC recommande : 

-des régimes équilibrés reposant sur des aliments à base de plantes, tels que ceux basés sur les céréales secondaires, les légumineuses, les fruits et légumes, les fruits à coque et les graines et des aliments d'origine animale produits dans des systèmes résilients, durables et à faibles émissions de gaz à effet de serre.

-la gestion durable des terres

-la réduction rapide des émissions de gaz à effet de serre afin d'éviter des pertes irréversibles au sein des écosystèmes nécessaires pour la nourriture, la santé et l'habitat des humains.

Voir la vidéo 03:18

Ibrahim Thiaw de l'UNCCD : "la terre nourrit les peuples"

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !