Commission européenne : ça passe pour Ursula von der Leyen | International | DW | 16.07.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Commission européenne : ça passe pour Ursula von der Leyen

Elue de justesse, Ursula von der Leyen devient la première femme à prendre la tête de la Commission européenne.

Ursula von der Leyen a été élue de justesse à la tête de la Commission européenne. Elle devient la premiére femme à accéder à ce poste. Cette proche d'Angela Merkel a obtenu 383 voix dans un vote à bulletins secrets au Parlement de Strasbourg, alors que le minimum qu'elle devait obtenir était fixé à 374 voix.

Ursula von der Leyen a appelé tous les eurodéputés à travailler ensemble "de façon constructive". Il y a deux semaines "je n'avais pas encore de majorité, car on ne me connaissait pas. Il y avait beaucoup de ressentiment que je comprends concernant le processus du Spitzenkandidat", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse. Beaucoup de députés européens lui reprochaient en effet de ne pas avoir mené la campagne des élections européennes et de ne pas être issue des rangs du Parlement.

Mardi matin, devant l'hémicycle plein à craquer du Parlement européen, Ursula von der Leyen, 60 ans, avait tenu un ultime discours pour convaincre.

Engagement écologique

Elle s'est notamment positionnée en défenseure du climat, promettant une loi européenne sur le climat dès les 100 premiers jours de son mandat si elle est élue. 

"Je veux que l'Europe devienne le premier continent neutre en carbone d'ici 2050, a souhaité Ursula von der Leyen. 

Son discours pro-climat répond ainsi à la forte mobilisation ces derniers mois des citoyens, et notamment des jeunes européens, pour l'environnement. Sans oublier la montée des Verts qui ont exclu de voter pour elle. 

En dehors du champ climatique, la question sociale figure aussi au menu de ses priorités. Ursula von der Leyen a promis d’une part un plan d'action avec un "instrument légal" pour que tous les travailleurs européens aient droit à un salaire minimum. 

Elle a enfin plaidé pour une "Garantie européenne", un mécanisme visant à s'assurer que tout enfant menacé de pauvreté ou d'exclusion sociale ait accès "aux droits les plus fondamentaux". 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !