Chavez ad vitam aeternam? | International | DW | 16.02.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Chavez ad vitam aeternam?

Hugo Chavez candidat à vie? Le président vénézuélien a obtenu 54,36% de "oui" lors d'un referendum sur un amendement constitutionnel qui lui permet de se représenter autant de fois qu'il le souhaite.

default

Hugo Chavez célèbrant sa victoire au balcon de son palais de Miraflores

Cela fait plus de 10 ans qu'Hugo Chavez est au pouvoir, et il pourrait bien y rester 10 de plus comme il a tenu à le souligner hier soir après sa victoire au referendum constitutionnel:

«Le soldat du peuple que je suis est déjà candidat à la présidentielle de la République bolivarienne du Venezuela pour la période 2013-2019»

Si jusqu'à présent, la Constitution l'obligeait à quitter son poste à l'issue de son deuxième mandat, c'est à dire en 2013, il peut désormais se présenter ad vitam aeternam. Et, d'après lui, il a bien besoin de tout ce temps pour réaliser son objectif affiché : la construction d'un socialisme du 21ème siècle tout en se consacrant pleinement à la population qui l'a donc largement plébiscitée. Peu après la victoire du "oui", des feux d'artifice ont été tirés dans toute la ville de Caracas et des pétards ont retenti un peu partout.

Fidel Castro mit Bruder Raul und Hugo Chavez

Fidel Castro avec son frère Raul et Hugo Chavez

L'ancien président cubain Fidel Castro a été le premier à féliciter le chef de l'Etat vénézuélien.


De son côté, l'opposition, qui a admis sa défaite, a dénoncé une campagne complètement déséquilibrée, un combat de David contre Goliath pour reprendre les termes d'Omar Barboza, président du mouvement social-démocrate "Un nouveau temps". Il a par ailleurs évoqué l'utilisation sans scrupules des moyens de l'Etat pour faire gagner le oui.

Demonstration in Caracas Venezuela gegen Chávez

Manifestation à Caracas de l'opposition contre l'amendement constitutionnel

Les partisans de Chavez ont insisté sur les progrès sociaux réalisés au cours des 10 dernières années, tandis que l'opposition a mis en exergue la corruption et l'inflation qui touchent le pays.


En décembre 2007, un précédent referendum qui proposait déjà une réforme de la Constitution avait été rejeté, notamment sous la pression de l'Eglise catholique, et peu après, c'est l'opposition qui avait remporté les régionales et les municipales de 2008.


La prochaine échéance électorale aura lieu en 2010 avec la tenue des législatives. Et l'opposition se dit confiante. Ismael Garcia, un élu du parti de centre-gauche Podemos, s'est félicité des 45% de non au referendum. Cela représente plus de 5 millions de voix, et donc 50% du Parlement.

Cela dit, le combat risque là encore d'être déséquilibré.

La victoire du "oui" met en tout cas le principe de l'alternance entre parenthèse, et beaucoup craignent qu'Hugo Chavez n'en profite pour assoir son autoritarisme.




  • Date 16.02.2009
  • Auteur Audrey Parmentier
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/GvEI
  • Date 16.02.2009
  • Auteur Audrey Parmentier
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/GvEI
Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !