Catastrophe ferroviaire en RDC, la vétusté du réseau en cause | Afrique | DW | 12.09.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Catastrophe ferroviaire en RDC, la vétusté du réseau en cause

Un train de marchandises a déraillé dans la province du Tanganyika, dans le sud-est de la RDC. Le bilan, initialement de 50 morts, a été revu à la baisse, mais la confusion règne.

Écouter l'audio 02:01

"Les voies doivent être réparées et entretenues"

L'accident a été enregistré vers 6h25 jeudi matin (12.09.2019). Les premières informations avaient fait état d’au moins 50 morts et 23 blessés.

Kongo | Präsident Felix Tshisekedi und Premierminister Sylvestre Ilunga Ilunkamba (Presidence RDC/G. Kusema )

Le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, ancien directeur du chemin de fer, et le président Félix Tshisekedi, interpellés aprés l'accident du train dans la province du Tanganyika.

Ces statistiques ont été par la suite revues à la baisse. Le ministre congolais des Actions humanitaires et de la Solidarité nationale, Steve Mbikayi, explique : "On nous parle de dix morts, trente blessés. Car on avait confondu certains blessés avec les morts. C’est à cause de la surcharge qu’il y a eu ce déraillement. C’était un train marchandise mais qui a transporté aussi des personnes. Certainement des clandestins qui parfois s’arrangent avec certains travailleurs pour se déplacer."

L’accident s’est produit sur un site sans réseau de télécommunication. Le gouverneur de la province du Tanganyika, Zoé Kabila, a dépêché l’administrateur de Nyunzu avec des médecins et infirmiers pour les premiers secours.

Vétusté des infrastructures ferroviaires

L’analyste Marcel Ngoy affirme que cet accident interpelle le nouveau gouvernement congolais car il s’agit d’un problème récurrent dû prioritairement à la vétusté du chemin de fer et des wagons:

"Je crois que cela va nécessiter que le gouvernement actuel, dirigé par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, prenne les choses au sérieux. Lui-même le Premier ministre, c’est quelqu’un qui vient de la SNCC, la Société nationale des chemins de fer du Congo, une société que le Premier ministre a dirigé. Il connaît l’état de la voix ferroviaire, il connaît l’état des lieux en termes de locomotive, et même de tout ce qu’il y a comme équipement".

La société des chemins de fer congolais doit investir dans l'infrastructure

La société des chemins de fer congolais doit investir dans l'infrastructure

Ce n’est donc pas une malédiction ni une fatalité, selon Marcel Ngoy :

"Je pense que c’est un problème de responsabilité gouvernementale et de la capacité de notre pays à réparer les voies ferrées qui datent de très longtemps. Ce sont des voies qui datent de l’époque coloniale et doivent être réparées et entretenues. Je crois qu’avec l’avènement de la saison des pluies, il faudra qu’on fasse très attention, sinon ces catastrophes ferroviaires vont continuer à se multiplier."

Une enquête sur les circonstances de l'accident pourrait être ouverte afin d'établir les responsabilités.

Audios et vidéos sur le sujet