1. Aller au contenu
  2. Aller au menu principal
  3. Voir les autres sites DW
Le soldat Kiswensida Farouk Aziz Sorgho entouré d'une quinzaine d'hommes en arme annonce le coup d'Etat à la télévision publique burkinabè
Le Burkina Faso enregistre un deuxième coup d'Etat en l'espace de huit moisImage : RADIO TELEVISION BURKINA FASO/REUTERS

Burkina : des soldats annoncent avoir renversé Damiba

Charles Bako | Avec agences
30 septembre 2022

Paul-Henri Sandaogo Damiba a été démis de ses fonctions dans une déclaration lue à la télévision. Capitaine Ibrahim Traoré, nouveau dirigeant du Burkina.

https://p.dw.com/p/4Hbx6

Le chef de la junte au Burkina Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, arrivé au pouvoir par un putsch fin janvier, a été démis de ses fonctions par des militaires ce vendredi soir (30.09.2022), dans une déclaration lue à la télévision nationale. Il se voit reprocher son "incapacité" à résoudre le problème d'insécurité lié aux attaques djihadistes qui ne fait que "s'aggraver".

Pourtant, c'est pour ces mêmes raisons que le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a renversé le président élu démocratiquement Roch Marc Christian Kaboré en janvier.

Des militaires postés à une barrière à l'entrée du quartier général du gouvernement à Ouagadougou, échangent avec des civils ce 30 septembre 2022
La déclaration du nouveau coup d'Etat a été lue à la télévision publique Image : Assane Ouedraogo/EPA-EFE

Les putschistes ont également annoncé la fermeture des frontières terrestres et aériennes à partir de minuit et pour une durée indéterminée, ainsi que la suspension de la Constitution et la charte de transition et la dissolution du gouvernement. Les activités politiques et de la société civile sont aussi suspendues.

Un couvre-feu est instauré de 21h à 5h (TU et heure locale). Le groupe de mutins explique aussi avoir en vain, tenté à plusieurs reprises de convaincre le lieutenant-colonel Damiba de recentrer la transition sur les objectifs sécuritaires. "Les choix de Damiba nous ont progressivement montré que ses intentions étaient autres que ce qui avait été prévu", dit le communiqué lu à la télévision. Une nouvelle charte sera rédigée et un nouveau président de la transition sera désigné parmi les civils ou les militaires, indique aussi le communiqué.

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba à la tribune de la 77e session de l'Assemblée générale de l'Onu le 23 septembre 2022
Paul-Henri Sandaogo Damiba a pris la tête de la transition en janvier après le coup d'Etat contre Roch Marc Christian KaboréImage : Julia Nikhinson/AP/picture alliance

Un groupe d'une quinzaine de soldats a pris le contrôle du siège de la télévision nationale à Ouagadougou et annoncé avoir déposé le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, jusqu'ici chef de la junte au pouvoir depuis le coup d'Etat de janvier 2022 et président de transition. 

Le capitaine Ibrahim Traoré, chef de corps du groupement blindé de Kaya, a été présenté comme le nouvel homme fort du Burkina Faso.

Les Etats-Unis se disent profondément préoccupés par les événements au Burkina Faso et demandent aux ressortissants américains au Burkina Faso, de limiter leurs déplacements.

Journée mouvementée au Burkina Faso

La situation était confuse au Burkina Faso suite à une mutinerie tôt ce vendredi matin (30.09). Des soldats cagoulés ont bloqué les axes stratégiques du pays, notamment la présidence, les locaux du premier Ministre et la télévision nationale. Vendredi soir, on ignorait toujours s'il s'agit d'une tentative de coup d'Etat. 

Dans un communiqué, le chef de la junte au pouvoir, le colonel Damiba, a annoncé que des pourparlers sont en cours. Le porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo, parle pour sa part d’une "crise interne à l’armée".   

En attendant, la confusion régnait à Ouagadougou. La plupart des commerces sont fermés. Les grandes artères de la ville sont toujours bloquées.

Ecoutez le reportage à Ouagadougou...

Climat de peur 

Difficile pour des Ouagalais de rejoindre le centre-ville : c’est le cas de Siénou Kadidia, habitante du quartier Ouaga 2.000, proche du camp militaire Baba Sy où les coups de feu ont été entendus.  "On s’est réveillé dans un bruit et des gens qui parlaient de partout de coup d’Etat. Mais tout ce que nous on veut, c’est la paix au pays", explique-t-elle. 

Un autre habitant raconte : "Ce matin je me suis levé pour aller suivre mes cours. Arrivée à l’échangeur de la patte d’oie, la route était barrée. Je suis retournée pour rentrer à la maison. On a vraiment peur actuellement." 

Le président Damiba a échoué, selon Karim Koné, membre de la société civile. Selon lui, "huit mois après, nous constatons que la situation sécuritaire ne s'est vraiment pas améliorée et je pense que c'est ce qui crée des frustrations au sein de la population et certains groupes militaires ont appelé à remplacer le pouvoir Damiba." 

Une rue de Ouagadougou, surveillée par un militaire en patrouille
De nombreux axes de Ouagadougou étaient bloqués ce vendredi par l’armée Image : Olympia De Maismont/AFP

"Qu’il démissionne" 

Un autre Ougalais fait la même analyse en estimant que "tout le monde voit que durant tout ce temps qu’il (Paul-Henri Sandaogo Damiba) a passé au pouvoir, rien n’a changé. Qu’il signe sa démission et remette le pouvoir à quelqu’un d’autre et que celui-ci soit vraiment un patriote. Qu’il ne soit pas comme son prédécesseur."

Ce coup d’Etat intervient alors que le chef des putschistes a séjourné à Djibo à la suite de la récente attaque d’un convoi de ravitaillement.  

La conférence de presse de l’armée prévue ce vendredi a été reportée. Notons également que dans un communiqué signé de la présidence, le colonel Damiba a qualifié cette mutinerie de "mouvement d’humeur" de certains éléments des forces armées nationales.   

Il a appelé les Burkinabè à observer la prudence et a annoncé que des pourparlers sont en cours pour rétablir le calme. On s’attendait à une nouvelle déclaration dans les prochaines heures.  

Passer la section Sur le même thème