Brexit : Theresa May dans la tourmente | Vu d′Allemagne | DW | 22.01.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Brexit : Theresa May dans la tourmente

La presse allemande s'intéresse en grande partie au Brexit, après l'échec de la Première ministre britannique de proposer un autre plan que celui qui a reçu la désapprobation du Parlement britannique.

Ce que Theresa May a présenté lundi devant la Chambres des Communes peut être résumé ainsi : le Plan A est le Plan B, commente la Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui soutient que  la Première ministre n'a changé de position sur aucune des grandes questions du moment à savoir un deuxième référendum, un report du Brexit ou l'abandon d'un Brexit dur. 

Le journal de Francfort estime également qu'une sortie de l'Union européenne non réglementée n'arrange ni le Royaume-Uni ni l'Union européenne et accuse ses défenseurs d'aveuglement. 

La Süddeutsche Zeitung s'intéresse de son côté au cas Irlandais. La Première ministre britannique a proposé un "filet de sécurité" censé éviter le retour d'une frontière physique en Irlande. Le quotidien munichois rappelle que ce dispositif a été rejeté par la majorité comme par l'opposition. 

Elle continue donc de chercher des concessions de la part de l'Europe, mais comme Bruxelles a dit non, Theresa May est prête pour une action kamikaze, poursuit le journal, c'est-à-dire négocier directement avec Dublin, ce qui n'a aucune chance d'aboutir. 

La Ausburger Allgemeine parle de son côté d'une mission impossible pour la Première ministre. "Theresa May vit actuellement dans une bulle dont l'enveloppe l'étouffe complètement", note le journal. 

Début du forum économique de Davos 

 

La Süddeutsche Zeitung s'est intéressée au coût de cette rencontre qui doit réunir jusqu'à vendredi des chefs d'Etat, des patrons de grandes entreprises et des personnalités de la société civile. 

Pour s'assurer de la sécurité de tout ce monde par la police et par l'armée, il a fallu débourser environ 9,5 millions d'euros. Ces coûts seront partagés par la fondation du forum économique mondial, la ville de Davos et la commune du canton des Grisons. 

Quant aux dépenses liées à l'achat de matériels et aux véhicules, ils sont d'environ quatre millions de francs suisses. Ceux-ci seront à la charge du gouvernement fédéral. 

Le Handelsblatt estime pour sa part que ce forum à un problème d'image, faisant notamment allusion au dernier rapport de l'ONG Oxfam sur les inégalités criardes entre riches et pauvres et les millions d'émeutes de ceux qui se sentent oubliés, comme les gilets jaunes en France.

La rédaction vous recommande