Boris Johnson contre Bruxelles : le bras de fer commence | International | DW | 25.07.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Boris Johnson contre Bruxelles : le bras de fer commence

Devant les députés britanniques, Boris Johnson a affiché la couleur et sa détermination à mener le Brexit comme il l'entend.

Boris Johnson n'a pas perdu son temps. Au lendemain de son déménagement au 10 Downing Street, le nouveau premier Ministre britannique s'est présenté combattif et déterminé lors de son premier discours devant les députés du Parlement à Londres.

Pour M. Johnson, il faut renégocier l'accord de sortie entre le Royaume Uni et l'Union européenne. Autrement, Londres claquera la porte sans accord – c'est l'option du No Deal.

"Inacceptable" a répondu Michel Barnier, le négociateur de l'Union européenne pour le Brexit.

Boris Johnson devant 10 Downing Street

Boris Johnson devant 10 Downing Street

Selon le géopoliticien et chercheur à l’Institut français des Relations Internationales Philippe Moreau de Sages, l'accession au pouvoir de M. Johnson va donc encore tendre davantage les relations entre l'île et Bruxelles :
"Les seuls qui ont un espoir en Boris Johnson ce sont les nationalistes anglais. En Europe, pour les Européens, pour la France, pour l’Allemagne, pour tous les usagers de l’UE, c’est une catastrophe. Enfin les Britanniques savent ce qu’ils veulent  exactement. Il va y avoir un bras de fer très dur entre Boris Johnson et les autres du gouvernement de l’Union européenne."

Faire avec

Reste qu'il va falloir trouver un terrain d'entente et collaborer avec le nouveau premier ministre anglais. C'est en tout cas ce que pense David McAllister, eurodéputé allemand et membre du parti CDU d'Angela Merkel :

"Boris Johnson a sa propre rhétorique. Pendant la campagne électorale du Brexit, il a souvent déformé les faits et utilisé des demi-vérités, mais nous devons maintenant accepter qu'il est le Premier ministre britannique aujourd'hui. Nous devons essayer en tant qu'Union européenne de coopérer raisonnablement avec lui."

L'eurodéputé David McAllister

L'eurodéputé David McAllister

L'avenir dira si ces intentions sont réalisables ... le négociateur Michel Barnier a en tous cas prévenu que Bruxelles devait se préparer à tous les scénarios et que Boris Johnson allait tester la solidarité des pays membres en faisant pression.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !