Bissau : l′opposition accepte la junte militaire | Afrique | DW | 19.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Bissau : l'opposition accepte la junte militaire

La junte militaire qui a pris le pouvoir le 12 avril et les principaux partis d'opposition se sont mis d'accord sur une transition de deux ans. Ce nouvel accord a été récusé par le PAICG, l'ancien parti au pouvoir.

Les militaires, nouveaux maîtres du pays

Les militaires, nouveaux maîtres du pays

L'accord a été conclu entre le commandement militaire et les principaux partis de l'opposition mercredi, tard dans la soirée. Il met clairement fin au processus électoral entamé le 18 mars dernier et écarte définitivement de la course à la présidentielle l'ancien Premier ministre Carlos Gomes Junior. En outre, la nouvelle feuille de route prévoit une période de transition de deux ans assortie d’un Conseil de transition dirigé par des civils.

Une situation politico-militaire préoccupante pour Kadre Desire Ouedraogo, président de la Commission de la Cédéao

Une situation politico-militaire préoccupante pour Kadre Desire Ouedraogo, président de la Commission de la Cédéao

Fait marquant, les cinq partis de l'opposition qui ont condamné il y a quelques jours le coup de force militaire - dont le parti de l'ancien président Koumba Yala - ont tous signé le protocole d’accord. Pour Artùr Sahan, porte-parole des partis de l'opposition, la signature de ce document est un pas important vers la normalisation et vers un retour à l'ordre constitutionnel.

Un défi lancé à la Cédéao, l’UA et l’ONU

En réussissant à mettre autour d'une même table les partis de l'opposition et les membres de la junte militaire bissau-guinéenne, les militaires semblent mettre la communauté internationale devant le fait accompli. En témoigne la déclaration de Daba Na Walna, membre influent de la junte à l’occasion de la clôture de la cérémonie de signature.

L'ancien Premier ministre Carlos Gomes Junior reste en prison

L'ancien Premier ministre Carlos Gomes Junior reste en prison

Les cas Pereira et Gomes Junior

L'ancien président par intérim et son ex-Premier ministre restent toujours détenus par les militaires. Le Comité international de la Croix-Rouge a confirmé qu'il avait pu voir en prison ces deux personnalités. Ces derniers se porteraient bien, selon Marie-Servane Desjonquères du CICR.

Le PAIGC rejette l’accord conclu entre la junte et l’opposition

L'ancien parti au pouvoir, le PAIGC, a récusé ce nouvel accord qu'il qualifie d'anticonstitutionnel et d’antidémocratique. Il demande à l'ONU d’envoyer une force militaire d'interposition sur place pour protéger les institutions républicaines dissoutes par la junte. Les Nations unies examinent en ce moment la nécessité et les possibilités d’un tel déploiement.

Auteur : Bob Barry
Édition : Philippe Pognan

Écouter l'audio 02:00
Now live
02:00 min

Les détails de l'accord entre la junte et l'opposition avec Bob Barry

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet