Amadou Gon Coulibaly à Paris. Un privilège ? | Afrique | DW | 04.05.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Amadou Gon Coulibaly à Paris. Un privilège ?

Le Premier ministre ivoirien est à Paris pour y passer des examens de routine. Mais ce contrôle médical du candidat du parti au pouvoir à la prochaine présidentielle, passe mal pour certains Ivoiriens.

Amadou Gon Coulibaly a subi une lourde opération du cœur, il y a huit ans, pour laquelle il est régulièrement suivi. Alors qu'il avait un rendez-vous médical le 15 avril, le Premier ministre Ivoirien s’est finalement envolé pour Paris dans la nuit de samedi à dimanche.

Pour l’acteur de la société civile, Christophe Kouamé, coordonnateur de CIVIS-CI, en pleine crise du Covid-19, les autorités ont une nouvelle fois abusé de leurs privilèges en matière d’accès aux soins. "Il est privilégié et ce privilège aurait pu ne pas être perçu de tous si on n’était pas dans une période de confinement", se fâche Christophe Kouamé.

Le coordonnateur de CIVIS-CI estime que le candidat du RHDP à la présidentielle d’octobre aurait pu faire ses contrôles dans son pays au vu de la situation sanitaire.

"Nous avons un centre de cardiologie et nous avons des médecins cardiologues dont les collègues sont ceux qui sont à la Pitié-Salpêtrière où, nous dit-on, le Premier ministre doit être soigné. Son contrôle médical aurait pu se faire en Côte d’Ivoire".

"Un privilège tout à fait normal"

Le Premier ministre doit faire ses contrôles médicaux où il a été opéré, juge pour sa part le député du RHDP, Yacouba Sangaré. 

Celui-ci estime aussi qu’il est compréhensible qu’Amadou Gon Coulibaly puisse bénéficier des privilèges liés à sa fonction de chef de gouvernement. "Il y a quand même des privilèges liés aussi à la position sociale. Quand on est au sommet de l’Etat on doit pouvoir bénéficier d’un certain nombre de privilèges pour la bonne conduite même des affaires de l’Etat."

Avec ce contrôle médical, le Premier ministre fait de nouveau parler de lui. Une communication qui peut fragiliser le candidat d’Alassane Ouattara, selon l’analyste politique Moquet Cesar Flan.  "Je suis un peu dubitatif parce que tout le monde connait l’environnement international marqué par le Covid-19", estime-t-il. "Si  une autorité politique de premier plan se rend dans un pays au moment où les voyages sont interdits, cela ne va pas être un coup d’éclat en termes de communication pour engranger des dividendes politiques", affirme l'analyste politique.  

L'ancien Premier ministre et ancien président de l'Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, a pour sa part présenté, dans un communiqué, ses vœux de bonne guérison et de prompt rétablissement à Amadou Gon Coulibaly.