Alpha Condé élu pour un troisième mandat en Guinée | ACTUALITÉS | DW | 24.10.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

ACTUALITÉS

Alpha Condé élu pour un troisième mandat en Guinée

La CENI a déclaré que le président sortant avait obtenu 59,49% des voix, contre 33,5% à Cellou Dalein Diallo, son principal opposant.

Candidat à un troisième mandat, Alpha Condé a été élu à la majorité absolue. Le président sortant a obtenu 59,49% des voix, contre 33,5% à Cellou Dalein Diallo, son principal opposant.

Les résultats ont été données par la CENI (Commission Nationale Électorale Indépendante) depuis le Palais du Peuple, à Conakry, où une forte présence policière était visible. Il faut dire que ces derniers jours, la Guinée a vécu une escalade de violences post-électorales qui ont fait au moins une dizaine de morts.

Cellou Dalein Diallo a annoncé ce samedi qu'il contesterait ce résultat devant la justice. "Nous avons toujours l'intention de renvoyer cette affaire devant la Cour constitutionnelle, sans avoir trop d'attentes", a déclaré le principal chef de l'opposition dans un entretien accordé à l'AFP. 

Une situation dramatiquement inédite

En mars dernier, le président sortant avait présenté une nouvelle Constitution, dans laquelle il s'engageait à moderniser le pays mais qui permettait également de ne plus limiter à deux les mandats successifs des présidents.

L'éventualité d'un troisième mandat consécutif d'Alpha Condé, 82 ans, au pouvoir depuis 2010, a provoqué pendant un an une contestation dans laquelle des dizaines de civils ont été tués, faisant craindre une éruption autour du vote, dans un pays coutumier des confrontations politiques sanglantes.

Contacté par la DW, Ibrahim Sorel Keita, le président du CTG (Collectif pour la Transition en Guinée), parle d'une situation "dramatiquement inédite" : "Nous avions annoncé qu'il (Alpha Condé, ndlr) serait vainqueur et que la crise post-électorale aurait lieu, et que nous serions dans l'impasse. C'est-à dire qu'il y a deux présidents : celui qui s'est auto-proclamé, et celui qui a vient d'être proclamé par la CENI", a déclaré Ibrahim Sorel Keita. "Les partisans des deux camps vont vouloir aller jusqu'au bout, c'est-à dire imposer la victoire de leur candidat. Comme le fauteuil n'est reservé qu'à une seule personne, vous imaginez les lendemains douloureux et dramatiques que la Guinée va traverser."

Pour rappel, Cellou Dalein Diallo avait proclamé sa victoire lundi 19 octobre dernier, en se fondant sur les données remontées par ses partisans envoyés dans les bureaux de vote pour ne pas s'en remettre à la commission électorale et à la Cour constitutionnelle, inféodées au pouvoir selon lui. Le candidat de l'opposition avait revendiqué 53% des suffrages.

Audios et vidéos sur le sujet