Alassane Ouattara n’exclut pas un troisième mandat | Afrique | DW | 07.01.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Alassane Ouattara n’exclut pas un troisième mandat

A quelques mois du scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire, le chef de l’Etat sortant continue à se positionner.

Écouter l'audio 02:07

"M. Ouattara est en train de se positionner pour son troisième mandat" (Rodrigue Koné)

Le président ivoirien Alassane Ouattara a indiqué à l’occasion de ses vœux à la Nation, qu’une modification de la Constitution de 2016 va intervenir durant le premier trimestre de cette année, à quelques mois donc de l’élection présidentielle d’octobre prochain.

M. Ouattara a une nouvelle fois redit qu’il pourrait être candidat, ajoutant que personne ne sera écarté de la course.

Pour l’analyste politique Rodrigue Koné, Alassane Ouattara va certainement briguer un troisième mandat :

"Si nous mettons bout à bout ses phrases et qu’on suit les discours tenus, mais aussi les actions qui sont en cours dans la scène politique, on peut penser que M. Ouattara est en train de se positionner pour son troisième mandat. Ces aménagements devraient permettre de laisser le champ libre à l’ensemble des acteurs pour pouvoir se présenter."


Alassane Ouattara a pourtant souvent martelé qu’il fallait laisser place à une nouvelle génération. La Constitution de 2016 a néanmoins levé le verrou concernant l’âge. Elle permet ainsi à M. Ouattara, âgé de 78 ans, de se présenter pour un nouveau mandat.
 

La presse ivoirienne suit de près les affaires judicaires de Laurent Gbagbo.

La presse ivoirienne suit de près les affaires judicaires de Laurent Gbagbo.

Le retour des ténors


L’opposition a régulièrement dit être contre une révision qui limiterait l’âge des candidats. Aujourd’hui, Laurent Gbagbo et Henri Konan Bedié sont en effet âgés respectivement de 74 et 85 ans.

Cette volonté du chef de l’Etat ivoirien de n’exclure personne de la course au scrutin d’octobre prochain est donc sans équivoque pour le Mouvement ivoirien des droits de l’Homme (MIDH). Son président, Yacouba Doumbia, est persuadé qu’Alassane Ouattara va se représenter :

"Il n’interdit pas aux autres de se présenter donc nécessairement il se présentera. Ce n’est pas ce que nous aurions souhaité pour l’avancée démocratique en Côte d’Ivoire. Malheureusement, nous sommes encore dans des questions personnelles. Cela a un impact négatif sur l’avancée de notre démocratie. On repart en fait aux scénarii que nous avons vécus antérieurement. Ce n’est pas rassurant pour l’avenir de la Côte d’Ivoire parce que nous avons peur encore que les choses se crispent, qu’on retombe dans la bataille des trois grands."

L’éventualité de la candidature des trois ténors de la vie politique ivoirienne –  Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo et Henri Konan Bedié – n’est pas certaine pour l’instant.

M. Gbagbo reste poursuivi par la justice ivoirienne et la dernière fois que les trois hommes ont brigué la magistrature suprême en même temps remonte à 2010. La crise postélectorale qui avait suivi avait fait près de 3.000 morts.

Audios et vidéos sur le sujet