Acheikh Ibn-Oumar : ″Nous irons vers l’apaisement″ | Afrique | DW | 10.05.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Politique

Acheikh Ibn-Oumar : "Nous irons vers l’apaisement"

Acheikh Ibn-Oumar, le tout nouveau ministre chargé de la Réconciliation nationale et du dialogue, déplore la répression des manifestations au Tchad et plaide pour une transition apaisée.

Acheikh Ibn-Oumar a mis fin à son exil et est rentré au Tchad en novembre 2018

Acheikh Ibn-Oumar a mis fin à son exil et est rentré au Tchad en novembre 2018

Les forces de police tchadienne ont dispersé, samedi (08.05), à coups de gaz lacrymogène une manifestation de la coalition citoyenne Wakit Tama (l’heure est arrivée, en arabe locale). Cette coalition regroupe plusieurs formations politiques de l’opposition et de la société civile. La veille de cette violente manifestation, les autorités de transition avaient interdits  avant d’autoriser sous certaines conditions les manifestations.

Les protestataires tenaient à réitérer leur désapprobation de la transition imposée par les militaires et dirigée par le général Mahamat Idriss Déby, le fils du président Idriss Déby Itno tué officiellement au front le 20 avril dernier et qui concentre presque tous les pouvoirs entre ses mains, depuis l’annonce du décès de son père.

Apaisement et dialogue
Écouter l'audio 11:20

Acheikh Ibn-Oumar : "l’essentiel, c’est de s’entendre sur les règles"

Au lendemain de cette répression, les autorités de la transition jouent l’apaisement, par la voie de Acheikh Ibn-Oumar, nommé le 2 mai dernier ministre d’État, chargé de la Réconciliation nationale et du dialogue. L’ancien chef de groupe politico-militaire tchadien, ancien chef de la diplomatie, qui fut également Ambassadeur du Tchad aux États-Unis, puis Haut-représentant du Tchad auprès des Nations Unies, (de 1992 à 1993) se dit réceptif aux appels à une transition apaisée, ouverte, avec à la clé un dialogue national inclusif, incluant toutes les sensibilités politiques.

Cliquez sur la photo pour écouter l’intégralité de l’interview