Abdallah al-Senoussi arrêté en Mauritanie | Afrique | DW | 19.03.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Abdallah al-Senoussi arrêté en Mauritanie

Le beau-frère de Mouammar Kadhafi, et surtout ancien directeur du renseignement militaire de la Libye a été arrêté à Nouakchott. Cet ancien cadre du régime libyen était recherché par la Cour pénale internationale.

In this photo taken on a government-organized tour, Abdullah Al-Senussi, head of Libyan intelligence, speaks to the press as gunfire erupts all around the Rixos hotel in Tripoli, Libya, Sunday, Aug. 21, 2011. Euphoric Libyan rebels have pushed to the western outskirts of Tripoli without meeting any resistance after they overran a major military base that defends the capital. (Foto:Dario Lopez-Mills/AP/dapd)

Abdallah al-Senoussi

Dans son mandat d’arrêt, la CPI estime qu’Abdallah al-Senoussi fait partie de ceux qui portent « la plus grande responsabilité pénale des crimes contre l’l’humanité » commis en Libye dans la répression de la rébellion en 2011.

Responsable d'« actes inhumains »

Il faisait partie du cercle intime de Mouammar Kadhafi. Abdallah al-Senoussi aurait participé à des attaques contre les manifestants et il aurait participé activement à la planification de la répression, aux côtés du guide libyen et de son fils Saïf al-Islam.  La CPI a donc émis un mandat d’arrêt international contre les trois hommes en juin 2011. Deux chefs de crimes contre l’humanité ont été retenus contre Abdallah al-Senoussi : meurtres et persécutions de civils, par l’intermédiaire de l’appareil d’Etat libyen. Les forces de sécurité sous ses ordres ont notamment commis des « actes inhumains » lors de la répression à Benghazi et Misrata, pour reprendre le qualificatif employé par la CPI.

Libyen ein Jahr danach

Misrata, l'une des villes libyennes où les combats ont été les plus rudes

C’est donc cet homme de 62 ans qui a été interpellé vendredi nuit à Nouakchott, alors qu’il entrait dans le pays par un vol régulier, en provenance de Casablanca, vraisemblablement muni d’un faux passeport malien. Il serait passé au Niger puis au Mali après la chute de Tripoli en août dernier.

Enquête mauritanienne

Depuis son arrestation en Mauritanie, Abdallah al-Senoussi est interrogé par la sûreté d’Etat, dans un endroit tenu secret. Les autorités mauritaniennes ont en effet ouvert une enquête, à laquelle elle associera Interpol, l’organisation internationale de la police criminelle. C’est seulement après cette enquête que les autorités de Nouakchott examineront les demandes d’extradition qui lui ont été envoyées – par Paris, la CPI et la Libye. Cette dernière a fait savoir qu’elle souhaitait juger elle-même al-Senoussi. La Libye et la Mauritanie n’ont pas d’accord bilatéral de coopération judiciaire, mais elles ont signé toutes les deux la convention d’assistance judiciaire qui lie les membres de la Ligue arabe. Le premier vice-Premier ministre libyen, membre de la délégation du CNT qui s'est rendue aujourd'hui à Nouakchott, a répété la volonté de son pays de juger Abdallah al-Senoussi. Il a déclaré: « Nous tenons à récupérer Senoussi, parce que cet homme a commis des crimes contre les Libyens, le peuple libyen. Il doit en répondre en Libye, devant la justice libyenne ». 

Ecoutez ci-dessous le point sur ces trois options juridiques qui se présentent aux autorités de Nouakchott avec Maître Brahim Ebety, avocat au Barrreau de Mauritanie.

Auteur: Sandrine Blanchard
Edition: Konstanze von Kotze

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !