1999 : première intervention ″humanitaire″ de l′OTAN | International | DW | 24.03.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

1999 : première intervention "humanitaire" de l'OTAN

l y a exactement dix ans, l'OTAN lançait des frappes aériennes contre la République fédérale de Yougoslavie. Une intervention dont les conséquences juridiques sont toujours floues.

default

10 ans après l'intervention de l'OTAN, une mission internationale est toujours stationnée au Kosovo

24 mars 1999, l'Europe est confrontée à une catastrophe humanitaire imminente au Kosovo, où le régime de Slobodan Milosevic affronte la guerilla albanaise. Les négociations de paix ont échoué à Rambouillet. Des observateurs internationaux font état de déplacements massifs de population et de meutres sur des civils. Sensibilisés par des expériences similaires en Croatie et en Bosnie-Herzégovine, les membres de l'OTAN décident d'empêcher une nouvelle campagne de "nettoyage ethnique". Pour la première fois dans l'histoire de l'OTAN, le secrétaire général de l'époque Javier Solana autorise le lancement d'une opération "humanitaire" hors du champ d'intervention de l'Alliance et surtout sans mandat de l'Onu. Dès lors se pose la question de la légitimité juridique d'une telle intervention. Joseph Marko, spécialiste de droit international :

"Le Kosovo a certainement été un tournant qui a fait progressé le droit international. Il est clair qu'en raison des droits de véto de ses membres permanents, le Conseil de sécurité n'est pas en mesure d'agir dans de telles crises. L'intervention humanitaire de l'OTAN a donné une impulsion décisive à une nouvelle manière d'envisager la doctrine de souveraineté et le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures."

Serben fliehen aus ihren Häusern im Kosovo

Des fugitifs d'un village du Kosovo

Dans le cas du Kosovo, l'urgence humanitaire a prévalu sur la souveraineté territoriale ce qui continue, selon Joseph Marko, de poser un problème juridique:

"En 1999, la question était de savoir si une intervention humanitaire était légale dans le sens du droit international. Je vois aujourd'hui encore comme un problème que cette question n'ait jamais été véritablement éclaircie."

Certes, une discussion intense a été lancée sur la question de savoir si un Etat peut faire valoir sa souveraineté seulement s'il représente et protège l'ensemble de sa population civile. Dans ce cas, la persécution d'une minorité religieuse ou ethnique conduirait à la perte de la souveraineté. Mais dans la pratique, cela se passe autrement :

"Le droit international est toujours bâti sur le principe d'une souveraineté égale des Etats, et c'est ce principe que les membres permanents du Conseil de sécurité défendent."

Dix ans après l'intervention de l'OTAN, la Serbie continue de dénoncer un "acte illégal et contraire au droit international". Le président serbe, Boris Tadic, a appelé les pays qui n'ont pas reconnu l'indépendance du Kosovo à rester sur leur position tant que la Cour internationale de Justice ne se sera pas prononcée sur sa légalité.

  • Date 24.03.2009
  • Auteur Fabian Schmidt / Anne Le Touzé
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/HIap
  • Date 24.03.2009
  • Auteur Fabian Schmidt / Anne Le Touzé
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/HIap
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !