1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Les Shebabs recrutent-ils en Europe ?

Des Shebabs recrutés en Europe ou dans d'autre pays occidentaux ? C'est l'une des pistes suivies par les enquêteurs après l'attaque du centre commercial de Nairobi au Kenya le 21 septembre dernier.

Les Shebab ont certes démenti la paticipation d'une Britannique à l'attaque de Westgate. Selon un bilan de la Croix Rouge, cette attaque a fait au moins 67 morts. On se souvient en effet de ces Européens partis faire le djihad au Pakistan et ou en Afghanistan. On estime que 200 d'entre eux seraient partis d'Allemagne. Or quelques-uns - 70 environ - se seraient rendus au Yemen et en Somalie. Mais on a aussi trouvé dans les rangs des milices Shebabs de nombreux citoyens américains ou scandinaves membres de la diaspora somalienne. Un million de Somaliens environ vivent en effet à l'étranger. Alors comment se fait le recrutement ? La réponse du Coordinateur de l'Union européenne dans la lutte contre le terrorisme Gilles de Kerchove:

"Nous devons mieux comprendre comment les gens arrivent là. Est-ce que des réseaux sont utilisés, quel est le rôle d'internet ? Nous savons par exemple qu'un groupe comme "l'Organisation de la Charia pour la Belgique" est très actif. Dans les trois villes d'où les gens sont partis pour la Syrie, cette organisation était très active."

Djihadistes allemands

Il ne semble pas en tous cas - d'après les services de sécurité allemand interrogés par la Deutsche Welle - que des Allemands aient participé à l'attaque du centre commercial Westgate de Nairobi. Ce qui n'empêche pas leur présence sur le sol somalien. Un Allemand converti, du nom d'Andreas Khaled aurait notamment participé avec des Shebabs à une attaque contre une église à Ngara près de Nairobi, en avril 2012. Deux personnes y ont péri, quinze autres ont été blessées.

Le recrutement de jeunes islamistes

Le Centre International de recherche sur les tendances radicales de Londres estime que les Shebabs recrutent leurs combattants principalement dans la diaspora somalienne. Avec le soutien significatif des convertis radicalisés des pays occidentaux, estiment les spécialistes. Des pays qui craignent d'ailleurs aussi le retour de ces combattants aguerris de Syrie ou de Somalie. Certains pourraient même être renvoyés par les groupes comme Al-Qaida ou Al-Nusra pour commettre en Europe des attentats.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !