1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

La diplomatie au chevet du Soudan du Sud

Les déclarations se succèdent. Les déplacements aussi. L'Afrique de l'Est, les Nations Unies et les Etats-Unis s'activent pour éviter au Soudan du Sud de sombrer dans une guerre civile.

default

L'ONU a recensé 14 lieux du pays où ont été rapportés des combats, des troubles civils ou des tensions.

« Une guerre civile n'est pas proche. Nous l'éviterons à tout prix » a assuré le commandant en chef de l'armée sud-soudanaise (SPLA) James Hotch Mai. Pourtant, ce week-end, les combats se sont poursuivis entre les forces du chef de l'Etat, Salva Kiir et celles de son rival, l'ancien vice-président Riek Machar. Rien qu'à Juba, le conflit qui a éclaté le 15 décembre, a déjà fait au moins 500 morts. Selon Ban Ki-moon, environ 40.000 personnes pourraient avoir trouvé refuge en quelques jours dans des camps des Nations Unies à travers le pays.

Un dialogue possible ?

Depuis les Philippines, où il a effectué une visite, le secrétaire général de l'Onu s'est par ailleurs dit « très inquiet concernant la détérioration de la sécurité au Soudan du Sud ». Il a demandé « à tous les leaders politiques et militaires de mettre fin aux hostilités et aux violences contre les civils. »

Südsudan Riek Machar Vize-Präsident

Après avoir exigé le départ de Salva Kiir, Riek Machare semble lui aussi avoir lâché du lest.

Samedi, à l'issue d'une mission de ministres des Affaires étrangères de l'Afrique de l'Est, Salva Kiir semblait vouloir faire un premier pas en vue d'un dialogue avec son ennemi. Il a promis de "mener un dialogue sans conditions" avec Riek Machar. Cela dit, il a aussi concédé que le gouvernement avait "des problèmes" dans deux Etats en particulier : le Jonglei, à l'est et l'Unité au nord. Ce dernier est particulièrement convoité car très riche en pétrole. Si pour le moment, les installations pétrolières ne semblent pas avoir été touchées directement par les combats, les sociétés qui les gèrent ont, elles, déjà commencé à évacuer leur personnel. Dans le meilleur des cas, la production d'or noir sera fortement réduite.

Les Etats-Unis menacent

Alors que quatre soldats américains ont été blessés lors d'une opération d'évacuation près de la ville de Bord, le président américain Barack Obama a appelé au dialogue mais a mis en garde la rébellion contre toute tentative de prise de pouvoir par la force. Son secrétaire d'Etat, John Kerry, a de son côté prévenu le chef de l'Etat sud-soudanais que la poursuite des combats mettrait en péril l'indépendance de cette jeune nation, née en juillet 2011. Signe du sérieux de la situation : Donald Booth, émissaire américain pour le Soudan et le Soudan du Sud, est attendu dimanche soir à Juba.

Le conflit sud-soudanais est le sujet de l'Afrique en débat de cette semaine. Pour l'écouter, cliquez sur le lien suivant :

Lutte pour le pouvoir au Soudan du sud

La rédaction vous recommande

Dans nos magazines

Dans la presse allemande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !