Témoignage d′un habitant de Bangassou, en Centrafrique | Afrique | DW | 06.01.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Témoignage d'un habitant de Bangassou, en Centrafrique

Depuis dimanche, la localité centrafricaine de Bangassou est contrôlée par des rebelles armés de la CPC. Un habitant raconte la peur des civils.

Témoignage depuis Bangassou, occupée par la CPC

Témoignage depuis Bangassou, occupée par la CPC

 En République centrafricaine, dix candidats de l’opposition demandent l’annulation de la présidentielle. Ils refusent de reconnaître la réélection au premier tour de Faustin Archange Touadera, du fait qu’un électeur sur deux n’a pas pu se rendre aux urnes pour cause d’insécurité.

>>> Lire aussi : En Centrafrique, le bras de fer avec les groupes rebelles continue

Parmi les zones déstabilisées par l’offensive de mouvements armés, il y a celle de Bangassou. Cette localité d’environ 30.000 habitants est située à plus de 700km à l’est de Bangui. Et elle est occupée depuis dimanche par un groupe armé qui la contrôle partiellement. La Minusca, la force de maintien de la paix en RCA, indique que "des Casques bleus supplémentaires sont arrivés en renfort" pour protéger les populations... mais la ville de Bangassou continue de se vider de ses habitants et des scènes de pillages ont été rapportées ce matin [06.01.21]. Bob Barry a joint un habitant resté sur place qui lui décrit la situation:

***

Habitant : Pour le moment, la ville est déserte. Il y a quelques personnes qui se sont réfugiés du côté del'hôpital de MSF ou qui sont parties en RDC. Beaucoup sont sans abri. Les conditions de vie sont difficiles.

DW : La ville est-elle occupée par des hommes armés, la Minusca ou des rebelles?

Habitant :  La ville même est contrôlée par les élément CPC qui ont pris le contrôle de la ville depuis dimanche. Ils n'agressent pas la population, mais les civils s'inquiètent et souffrent.

DW : Les forces rebelles n'ont pas accès aux bâtiments administratifs défendus par la Minusca, c'est bien ça?

Habitant : A ma connaissance, la police, la gendarmerie sont occupées aussi. 

DW : Y a-t-il de l'aide humanitaire qui arrive aux civils?

Habitant : Pour le moment, aucun humanitaire n'est en service. Ils sont eux-mêmes cantonnés dans leurs services et ils ne circulent pas.

La rédaction vous recommande