Spéculation sur les produits alimentaires | Afro-presse (hebdomadaire) | DW | 14.10.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

Spéculation sur les produits alimentaires

La spéculation sur les denrées alimentaires est dénoncée par des organisations allemandes d'aide au développement comme Misereor ou Pain pour le monde. La presse allemande s'en fait l'écho.

default

La Süddeutsche Zeitung note que selon Misereor la spéculation est la principale cause de la hausse des prix des céréales. Et, ajoute le journal, cette organisation catholique a reçu le soutien d'un très célèbre expert boursier de Francfort, Dirk Müller. Il n'y a, a-t-il déclaré, « aucune raison économique ni moins encore humanitaire pour que des investisseurs privés stockent virtuellement des sacs de blé et créent ainsi une demande artificielle ». Une étude de Misereor, poursuit le journal, montre que la spéculation sur les produits alimentaires atteint aujourd'hui des dimensions entièrement nouvelles. Par exemple, pendant le seul mois de mai, 360 millions de tonnes de blé ont été virtuellement échangées à la bourse de commerce de Chicago. Cela représente plus de la moitié de la production mondiale de blé cette année.

Wahlen in Liberia

Ellen Johnson Sirleaf

Deux femmes puissantes

L'Afrique dans la presse allemande, ce sont aussi deux Africaines qui ont fait parler d'elles dans le monde entier au cours de la semaine écoulée. Elles sont toutes deux libériennes et toutes deux lauréates du prix Nobel de la paix 2011 - un prix qu'elles partagent, on le sait, avec la Yéménite Tawakhol Karman. La Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung n'est pas tendre avec la présidente Ellen Johnson Sirleaf, l'une des lauréates donc. Quand Madame la présidente sort de chez elle, cela n'échappe à personne, écrit le journal, qui relate comment de gros 4x4 blancs bloquent toute la circulation automobile avant que la présidente ne passe dans une grosse Toyota, suivie d'une demi-douzaine de véhicules de la police de l'ONU.

En près de six années de présidence, Ellen Johnson Sirleaf a adopté un comportement qui tient du potentat africain, estime le journal. Les donateurs internationaux ferment les yeux. Pour eux la présidente du Libéria est tout simplement la porteuse d'espoirs du pays, si ce n'est du continent tout entier. Le prix Nobel de la paix est la dernière pierre de la cathédrale érigée par les donateurs à leur héroïne. Die tageszeitung publie de son côté une longue interview avec Leymath Gbowee, l'autre lauréate libérienne. Cette militante d'un mouvement pacifiste féminin dit espérer que le prochain chef de l'Etat soit une présidente (donc que Mme Sirleaf soit réélue). Le plus important, souligne-telle, est de sortir les femmes de la pauvreté. Il faut qu'elles soient économiquement autonomes.

Pedro Pires

Pedro Pires, en juillet 2011

Un prix mérité

Le lauréat d'un autre prix inspire un article très louangeux au quotidien Die Welt. C'est l'ancien président cap-verdien Pedro Pires. Il a reçu cette semaine le prix Mo-Ibrahim de la bonne gouvernance. Die Welt le qualifie de démocrate modèle et souligne qu'il a effectivement veillé à la bonne gouvernance, qu'il a géré l'aide au développement de manière responsable, qu'il a développé le tourisme dans ce pays pauvre en matières premières et qu'il a encouragé le développement social des 500.000 habitants de l'archipel.

Uganda Wahlen

Partisans du président Museveni après sa réélection en février 2011

Scandales à Kampala

Les scandales de corruption qui secouent actuellement l'Ouganda auront de quoi décourager le jury du prix Mo-Ibrahim. Die tageszeitung écrit que ce qui a été retransmis en direct, ces derniers jours par la télévision d'Etat ougandaise, est tout simplement incroyable : un jeune député indépendant, et pratiquement inconnu, Gerald Karuhanga, est à la tribune et agite des documents.

Il accuse trois des hommes les plus puissants du pays de corruption et exige leur démission : ce sont le ministre des Affaires étrangères Sam Kutesa, le Premier ministre Amama Mbabazi et l'ancien ministre de l'Energie et actuel ministre de l'Intérieur Hillary Onek. Trois proches du président Museweni. Selon le jeune député, la compagnie pétrolière britannique Tullow Oil leur aurait versé jusqu'à 100 millions de dollars pour reprendre l'an dernier les licences d'exploitation de la société canadienne Heritage. Après deux jours de débats houleux, le parlement a finalement décidé de suspendre tout nouveau contrat pétrolier.

( Le ministre des Affaires étrangères a entre temps démissionné. Dans une autre affaire de corruption, il est inculpé d'avoir détourné des fonds destinés au sommet du Commonwealth en 2007).

Dossier Bild 2 Wikileaks

Sur le site internet de Wikileaks

Des révélations qui font mal

La Berliner Zeitung se penche sur les conséquences, en Afrique, de la publication par Wikileaks de dépêches diplomatiques américaines mentionnant les noms des informateurs. C'est ainsi qu'en Ethiopie, écrit le journal, un journaliste cité comme source de déclarations critiques envers le régime a été contraint de s'exiler. Au Zimbabwe, deux généraux ont à répondre devant un tribunal militaire. Théoriquement, ils pourraient être condamnés à mort pour haute trahison. Beaucoup de membres éminents de la ZANU-PF, le parti de Robert Mugabe, sont également compromis et risquent eux aussi des procès pour haute trahison. La publication des dépêches a plongé la ZANU-PF dans une grave crise.

Kongo Hilfe für die Opfer der Gewalt im Ostkongo

Victimes de violences dans l'est de la RDC

Pas d'urnes allemandes en RDC

Et puis les élections du 28 novembre en République démocratique du Congo se dérouleront sans urnes électorales allemandes dites "intelligentes", des urnes qui permettent un vote électronique. Die tageszeitung avait annoncé en septembre qu'une firme belge établie à Hambourg devait livrer de telles urnes. Entre temps, lit-on dans un article paru jeudi, le porte-parole de la commission électorale, Mathieu Mpita, a déclaré que les urnes viendraient de Chine. Il s'agira d'urnes transparentes, tout à fait normales. Selon la CENI, ajoute le journal, les urnes allemandes n'auraient pas été prêtes à temps.

Auteur : Marie-Ange Pioerron
Edition : Georges-Ibrahim Tounkara

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !