Scandale autour de transplantations d′organes | Vu d′Allemagne | DW | 06.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Scandale autour de transplantations d'organes

Dans les cliniques de Ratisbonne et de Göttingen en Allemagne, un médecin est soupçonné d’avoir falsifié les dossiers médicaux de ses patients pour qu’ils accèdent plus rapidement à une transplantation d'organe.

L'insuffisance des dons d'organes fait régulièrement débat en Allemagne

L'insuffisance des dons d'organes fait régulièrement débat en Allemagne

La répartition des organes de donneurs est une tâche très délicate, rappelle die Welt. Quand il y a plus de personnes malades sur la liste d'attente que de reins, de foies et de cœurs disponibles, la décision de les attribuer à tel ou tel patient est souvent une condamnation à mort pour un autre. On peut comprendre ces personnes désespérées qui tentent "d'acheter" ce qui doit les maintenir en vie. Il est donc d'autant plus important que la politique et les médecins fixent des critères éthiques et médicaux équitables pour l'attribution des organes.

Mais la discussion actuelle devrait surtout motiver les gens à se doter de cartes de donneur d'organes. Car c'est seulement s'il y a plus de dons que les critères de répartition pourront être modifiés et que la tentation de duper le système sera moins grande.

Pour la Süddeutsche Zeitung, il faut des sanctions plus sévères, car il y a déjà depuis longtemps suffisamment de directives et de normes éthiques. Mais beaucoup trop souvent, ceux qui ne respectent pas les règles ne sont jamais punis. Une transparence absolue et des contrôles indépendants sont nécessaires pour empêcher les médecins de vouloir jouer à Dieu avec le destin de leurs patients.

Le Soudan du Sud vient de célébrer le premier anniversaire de son indépendance

Le Soudan du Sud vient de célébrer le premier anniversaire de son indépendance

Le Kölner Stadt-Anzeiger se penche sur l'accord trouvé entre Juba et Khartoum après un marathon de négociations. Avec l'aide mais surtout la pression de la communauté internationale, les deux pays ont trouvé un compromis. Ce n'est qu'une première étape, mais elle permet au moins aux deux États d'éviter un véritable suicide économique. Avec la perte des revenus pétroliers, le Soudan du Sud comme le Soudan étaient au bord de la faillite.

L'accord sur les modalités d'export du pétrole du Sud via les oléoducs du Nord est dans l'intérêt des deux pays, estime aussi la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Mais il ne faudrait pas se faire trop d'espoir. Le différend frontalier n'est toujours pas réglé. Et là aussi, le pétrole entre en jeu. Le potentiel de conflit est donc grand. Car il y a dans les deux camps des voix qui considèrent la guerre comme le meilleur moyen de protéger ses propres intérêts.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !