1. Aller au contenu
  2. Aller au menu principal
  3. Voir les autres sites DW
PolitiqueAllemagne

Revirement allemand sur le Sahara occidental // L'Italie affronte une sécheresse historique dans la plaine du Pô

31 août 2022

Nouveau départ dans les relations entre l'Allemagne et le Maroc mais aussi tournant dans la position de l'Allemagne sur le Sahara occidental : Berlin soutient désormais le plan d'autonomie proposé par le Maroc depuis 2007. // La sécheresse persiste en Europe. En deuxième partie de ce magazine, reportage dans la région du Pô, en Italie, en état d'urgence climatique face à l'absence de pluie.

https://p.dw.com/p/4GEpA

"La position allemande et européenne sur le conflit du Sahara occidental a toujours été de miser sur le processus de négociation mené par les Nations unies. Nous pensons qu'il s'agit du cadre le plus approprié et le plus prometteur pour parvenir à des solutions politiques justes, durables et acceptables pour toutes les parties. Le plan d'autonomie marocain de 2007 peut également constituer une bonne base."

Annalena Baerbock était en visite à Rabat, la semaine dernière. La cheffe de la diplomatie allemande était en mission de réconciliation au Maroc. Une mission manifestement accomplie : Annalena Baerbock a clarifié la nouvelle position de l'Allemagne sur la question du Sahara occidental. Et cette position est radicalement différente de celle du précédent gouvernement d'Angela Merkel, comme le souligne Werner Ruf, ancien professeur en relations internationales à l'université de Kassel.

"C'est un changement radical de la position de l'Allemagne. Avant, c'était toujours le conseil de sécurité, maintenant c'est le plan d'autonomie, un plan qui n'est rien d'autre que l'acceptation de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental."

La Minurso est chargée depuis 1991 d'organiser un référendum d'autodétermination au Sahara occidental
La Minurso est chargée depuis 1991 d'organiser un référendum d'autodétermination au Sahara occidentalImage : Fadel Senna/AFP/Getty Images

Le plan dont il est question est une proposition faite par le Maroc en 2007 alors que l'ONU tentait depuis plus de 25 ans  - et tente d'ailleurs toujours - d'organiser un référendum d'autodétermination au Sahara occidental.

Les pays occidentaux ont longtemps refusé de considérer comme une solution ce que Rabat présente comme un compromis "gagnant-gagnant". Un compromis qu'explique Mohammed Masbah, président de l'Institut marocain d'analyse des politiques publiques: 

"Le plan d'autonomie est axé sur deux idées principales: donner un maximum de droits à la région, avec toutes les composantes de la gestion et de l'autonomie, sauf les éléments de souveraineté que sont la monnaie, le passeport et la sécurité. A part ça, la gestion des ressources naturelles, politiques, c'est comme un système fédéral, mais plus avancé."

Un an et demi de brouille diplomatique

Les Etats-Unis ont reconnu fin 2020 ce plan comme une solution "crédible" et "réaliste" pour mettre fin au conflit qui oppose Rabat aux indépendantistes du Front Polisario, en contrepartie de la reconnaissance de l'Etat d'Israël par le Maroc.

En décembre 2020, une délégation américano-israélienne conduite par Jared Kushner, conseiller et gendre de Donald Trump, s'était rendue à Rabat suite à la reconnaissance d'Israël par le Maroc
En décembre 2020, une délégation américano-israélienne conduite par Jared Kushner, conseiller et gendre de Donald Trump, s'était rendue à Rabat suite à la reconnaissance d'Israël par le MarocImage : Abdeljalil Bounhar/AP/dpa/picture alliance

A l'époque, l'Allemagne avait critiqué le revirement américain. Et c'est pour ça qu'en mars 2021, Rabat a suspendu tous ses contacts avec Berlin au nom de "malentendus profonds", ouvrant plus d'un an de brouille diplomatique entre les deux pays.

Le tournant dans la politique allemande vis-à-vis du Maroc a été engagé en décembre dernier, lorsque le gouvernement d'Olaf Scholz a succédé à celui d'Angela Merkel. Et il est donc aujourd'hui clairement affiché, ce dont se réjouit Mohammed Masbah:

"L'Allemagne était dans une position de neutralité négative. Mais ils ont constaté de manière pragmatique que le référendum n'est plus une option viable et qu'on a maintenant une seule proposition sur la table qui est le plan d'autonomie. Donc je pense que peut-être que la crise de l'année dernière a été une opportunité pour le Maroc pour convaincre l'Allemagne de recadrer son positionnement sans changer son approche stratégique de maintenir le dialogue entre le Maroc et le Front Polisario et de résoudre ce problème dans le cadre des Nations Unies."

Le Maroc est un partenaire-clé pour l'Allemagne

Alors pourquoi était-il si important pour l'Allemagne de renouer avec le Maroc ? Selon le politologue Werner Ruf, c'est tout simplement parce que le Maroc est devenu au fil des ans un partenaire central pour l'Union européenne et donc pour Berlin.  

"Le Maroc est un pays très important pour l'Allemagne. Il a de l'importance pour les ressources du Sahara occidental : les phosphates, les poissons, et surtout l'énergie solaire et les réfugiés de l'Afrique.Le Maroc est un pays-clé de la migration, et on sait comment il traite les migrants à Ceuta et dans les exclaves marocaines. Donc c'est l'acceptation de la position du Maroc, qui nous protègera des réfugiés et qui est utile pour les grandes firmes allemandes dans le domaine des engrais, du poisson et des énergies renouvelables."

En mai 2021, au moins 5.000 personnes ont tenté d'entrer en Union européenne par Ceuta en une journée, un record pour ce point de passage bien gardé
En mai 2021, au moins 5.000 personnes ont tenté d'entrer en Union européenne par Ceuta en une journée, un record pour ce point de passage bien gardéImage : Fadel Senna/AFP/Getty Images

L'an dernier, le Maroc a été accusé de chantage en laissant passer des milliers de personnes migrantes en provenance d'Espagne. Madrid venait d'accueillir sur son terriroitre le chef du Front Polisario pour des soins médicaux...

Quelques temps plus tard, l'Espagne faisait une volte-face spectaculaire pour apporter elle aussi son soutien au plan d'autonomie marocain. Les Pays-Bas ont suivi peu après. Quant à la France, elle appuie depuis plusieurs années ce plan, sans l'avoir dit clairement. Pour Werner Ruf, ce n'est pas une bonne chose:

"A l'intérieur de l'Europe il y a une position clairement pro-marocaine qu'on ne voulait pas dire publiquement parce que c'est contraire au droit international. La position du Front Polisario est claire: elle insiste sur le droit à l'autodétermination d'un peuple anciennement colonisé, ce qui est la procédure normale du droit international. Quand, dans le cas du Sahara occidental, on fait fi du droit international, c'est affaiblir les Nations unies et le droit tout court, car de telles positions démolissent le droit international."

"Mépris du droit international"

Sevim Dağdelen, député Die Linke et présidente de la commission des affaires étrangères du Bundestag
Sevim Dağdelen, député Die Linke et présidente de la commission des affaires étrangères du BundestagImage : Britta Pedersen/zb/dpa/picture-alliance

En Allemagne aussi, la nouvelle position dans le dossier du Sahara occidental suscite de vives critiques. Notamment de la part de ceux qui, comme la députée Sevim Dağdelen, défendent depuis des années l'organisation du référendum d'autodétermination sous l'égide de l'ONU.

La députée du parti d'opposition Die Linke et présidente de la Commission des Affaires étrangères du Bundestag est très remontée contre Annalena Baerbock :

"Baerbock bafoue le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui en se rangeant unilatéralement du côté de la famille royale dictatoriale marocaine, qui bloque depuis des décennies le droit à l'autodétermination du Sahara occidental. Le refus de Baerbock de mener une politique étrangère basée sur des valeurs et son objectif d'établir un partenariat géopolitique privilégié avec la famille royale marocaine est également une gifle aux plus de 170.000 Sahraouis qui attendent dans les camps de réfugiés de Tindouf, c'est aussi un rejet du processus de décolonisation du Sahara occidental sous la médiation des Nations unies."

Sevim Dağdelen dénonce aussi le "mépris du droit international" et appelle à un "tournant urgent en matière de droits de l'homme dans la politique étrangère allemande".

carte du Sahara occidental

L'autonomie contre la souveraineté

De son côté, le politologue marocain Mohammed Masbah, souligne de nouveau la justesse selon lui du plan marocain.

"La perception du Maroc est qu'il a un droit historique dans cette région, comme héritage de l'occupation espagnole. Même dans le droit international c'est plus compliqué. Avec le plan d'autonomie, le Maroc pense que c'est la meilleure solution pour les Sahraouis de gérer leurs affaires comme ils le veulent, mais en même temps sous la souveraineté du Maroc."

Werner Ruf, quant à lui, n'est pas optimiste sur la suite des événements dans la région du Sahara occidental.

"Je pense que pour les indépendantistes et la majorité du peuple sahraoui, cette décision est une catastrophe. Et cela va être un foyer de crise car les Sahraouis ne vont pas se laisser faire, alors que les pays occidentaux pourraient faire des contrats avec un Etat sahraoui indépendant et libre pour avoir des ressources qui sont tellement importantes."

L'ancien professeur en relations internationales critique également la facilité avec laquelle la ministre allemande des Affaires étrangères ferme les yeux sur les violations des droits de l'homme commises au Sahara occidental mais aussi à Ceuta.


+++++++++++++++++++++++++++++++

En Italie, le Pô et ses riverains souffrent de la sécheresse

Le lit du Pô est asséché depuis plusieurs mois
Le lit du Pô est asséché depuis plusieurs moisImage : Antonio Calanni/AP Photo/picture alliance

Vu d'Allemagne, deuxième partie... Comme d'autres régions du monde, le continent européen est touché par une sécheresse historique. Une sécheresse qui frappe entre autres le nord de l'Italie depuis de longs mois. 

Effet du réchauffement climatique, le bassin du Pô, plus grand fleuve italien, subit cette année sa pire crise depuis 70 ans !

La sécheresse a de lourdes conséquences pour le territoire. A tel point que le mois dernier, le gouvernement italien a décidé de décréter l’état d’urgence pour cinq régions directement touchées, alors que habitants et agriculteurs constatent les dégâts jusqu’à l’embouchure du fleuve.

Reportage dans la plaine du Pô de Blandine Hugonnet.

 

Vu d’Allemagne est un magazine radio hebdomadaire, proposé par Hugo Flotat-Talon et Anne Le Touzé, diffusé le mercredi et le dimanche à 17h30TU, et disponible aussi en podcast. Vous retrouvez tous les numéros dans la médiathèque, à écouter en ligne ou à télécharger en format MP3. Le podcast est également disponible sur certaines plateformes de podcasts.

Passer la section A propos de cette émission

A propos de cette émission

Symbolbild | Made in Germany
Image : Ralf Hirschberger/ZB/picture alliance

Vu d’Allemagne

Eclairages, interviews, reportages sur l’Allemagne d’aujourd’hui et sur la vie socio-politique en Europe et dans le monde. Une émission hebdomadaire présentée par Hugo Flotat-Talon et Anne Le Touzé.