RCA : le retrait de l′UPC d′Ali Darassa de la CPC ne convainc pas | Afrique | DW | 08.04.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Politique

RCA : le retrait de l'UPC d'Ali Darassa de la CPC ne convainc pas

La décision d'Ali Darassa Mahamat de quitter la CPC ne convainc pas le gouvernement et une partie de l’opinion centrafricaine.

Les ex-rebelles de la Seleka en RCA

Les ex-rebelles de la Seleka en RCA

La Coalition des patriotes pour le changement (CPC) traverse une mauvaise passe. Après les pressions de la Russie sur l’ancien président François Bozizé, qui a pris la tête de cette coalition rébellion, et la mort de Sidiki Abbas, chef du groupe rebelle Retour, Réclamation et Réhabilitation (3R) qui sévit dans le nord-ouest de la Centrafrique et le plus actif au sein de la CPC, l'Union pour la paix en Centrafrique a annoncé son retrait de la coalition. Le gouvernement toutefois se méfie de la sincérité d'Ali Darassa Mahamat, le leader de l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) et de sa volonté de respecter l’accord de paix de Khartoum de février 2019.

Lire aussi : Se rendre ou être neutralisé, Vladimir Titorenko met en garde Bozizé

Dans un communiqué, l'UPC a motivé son départ par le refus de la coalition d’aider l’assistance humanitaire et a appelé au retour à l'accord de paix. 

François Bozizé, l’ancien président dirige la CPC

François Bozizé, l’ancien président dirige la CPC


Mais pour Aristide Briand Reboas, expert sécuritaire, ce revirement est d’abord lié à la pression militaire exercée sur la CPC.

"La volonté politique du président avec les alliés de poursuivre la reconquête du territoire ne laisse aucun espace à Ali Darassa. Celui qui a entrainé Ali Darassa dans la CPC, c'est Sidiki Abass. Ali Darassa n’a confiance en personne et se considérait comme plus proche du régime que les autres, explique-t-il. C’est pourquoi, poursuit Briand Reboas A un moment donné, dans l'esprit du régime, il était celui qui pourrait empêcher les autres du FPRC, les Nourredine Adam et autres de poser de problèmes au pouvoir de Bangui. Peul et étranger, il est considéré comme celui qui n'aura jamais comme but final d'attenter au pouvoir" explique t-il.

Lire aussi : La Cour pénale spéciale lance ses travaux en RCA, espoir pour les victimes

Des doutes

Contacté, le porte-parole du gouvernement, Ange-Maxime Kazagui, dit douter de la sincérité de l'UPC et engage ses membres à se rendre à la justice pour être jugés. 

Écouter l'audio 02:28

Les explications de notre correspondant Jean-Fernand Koena

Quant à Aboubacar Sidik, un des porte-parole de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), il remet carrément en cause l'authenticité du document qui annonce le retrait de l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC). "Nous considérons que c'est un faux et que cela n'a pas de sens. Nous avons interpellé les responsables de l'UPC et ils ont dit qu'ils ne l'ont pas fait. Nous considérons donc le document comme étant faux. La CPC réitère son engagement et son combat. Sans ou avec certains partenaires, la CPC va poursuivre son combat pour atteindre les objectifs finaux" précise t-il.

Lire aussi : Exactions en Centrafrique, Amnesty tire la sonnette d'alarme

Inquiétudes

Dans les localités de Alindao au centre, une attaque armée a d’ailleurs été attribuée à l'UPC. Ce qui inquiète la population locale.

"L'UPC ne devrait pas se retirer de la CPC. Je ne sais pas si c'est une stratégie menée pour se réarmer davantage ? Je ne sais pas"  réagit un habitant.
Selon un autre "Il (Ali Darassa Mahamata) a son propre agenda qui est caché en prenant cette décision. Ce n'est pas la première fois. Cette décision nouvellement prise, je pense que cela n'engage que l'UPC tout en sachant que la sécurisation du pays n'est qu'une priorité parmi d’autres."

Quelles que soient les motivations de l’UPC d’Ali Darassa Mahamat, il semble évident que la coalition rebelle CPC apparait affaiblie par les derniers événements et la situation semble pour l’instant tourner en sa défaveur.