″République du Kivu″ impose des taxes à Kabare en RDC | Afrique | DW | 24.09.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

"République du Kivu" impose des taxes à Kabare en RDC

La coalition exploite illégalement des minerais ainsi que du bois aux alentours du Parc national de Kahuzi-Biega. Elle rançonne aussi les populations.

La coalition dénommée République du Kivu fait parler d’elle dans certains villages où règne déjà l’insécurité dans le territoire de Kabare.

La coalition d’au moins 5 groupes armés dirigée par Shabani, un général autoproclamé, exige des taxes aux paysans et exploite minerais et bois dans le parc national de Kahuzi-Biega.

Environ 70 groupes armés se sont engagés à cesser les hostilités dans le Sud-Kivu.

Environ 70 groupes armés se sont engagés à cesser les hostilités dans le Sud-Kivu.

Une situation que dénonce Thaddée Miderho, administrateur du territoire de Kabare. Il affirme avoir déjà saisie sa hiérarchie.

"C’est depuis la fin du mois d’août donc début septembre qu’ils sont là. Ils ont déjà commencé à gêner la population. Exiger de l’argent aux paysans qui se rendent aux champs et quand on n’en a pas, on est bien fouetté. Ils sont là à couper les bois dans le parc, extraire des minerais et un rapport a été déjà fait à notre hiérarchie", explique l'administrateur du territoire de Kabare.

Une rébellion?

Le mouvement est perçu comme une nouvelle rébellion dans cette partie de la République démocratique du Congo.

À Kinshasa, le gouvernement parle plutôt d’un groupe armé parmi tant d’autres.

Écouter l'audio 01:42

"Il faut absolument une diplomatie internationale pour résoudre le problème"

C’est une guerre à ramifications internationales que subi ce pays et qui nécessite une diplomatie internationale, selon Bernard Ntakahishe, vice-ministre de la Justice.

"Pour résoudre la problématique dans cette situation, il faut absolument une diplomatie internationale. C’est ce que le président de la République est en train de faire. Il est en contact permanent avec ses homologues des pays frontaliers. Toutes les options sont en train d’être examinées."

Des centaines de groupes armés sans agenda politique clair opèrent dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

La rédaction vous recommande