Quel bilan pour Laurent Gbagbo? | Afrique | DW | 05.04.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Quel bilan pour Laurent Gbagbo?

Laurent Gbagbo aura passé plus de dix ans à la tête de la Côte d'Ivoire. La désillusion de la fin de « l'ère Gbagbo » aura été proportionnelle aux espoirs que son accession au pouvoir avait suscités.

default

Laurent Gbagbo

C'est un pays exsangue, étouffé par les sanctions économiques, vérolé par la corruption qu'Alassane Dramane Ouattara est appelé à diriger.

Les violences post-électorales auront fait des centaines de victimes depuis la fin novembre. Et la population est de nouveau déchirée.

Depuis son accession au pouvoir en 2000, Laurent Gbagbo a attisé les tensions en jouant de l'ivoirité, et de l'ethnisation nationaliste pour discréditer son adversaire, Alassane Ouattara, dans un pays qui se voulait pourtant un melting-pot-phare de l'Afrique de l'ouest à partir des années 1970.

En 2003, Laurent Gbagbo neutralise les accords de Marcoussis avec l'appui de ses milices armées, parmi lesquelles Le Groupement des patriotes pour la paix, alors même que ces accords étaient destinés à calmer les tensions entre nord et sud par un partage du pouvoir.

Ölkonzern Trafigura Elfenbeinküste Giftmüllskandal

Outre la guerre civile de 2002-2003, la décennie Gbagbo aura été entachée de plusieurs points noirs et de violences. Citons par exemple le scandale du Probo Koala qui est venu déverser ses déchets toxiques dans une décharge en plein air d'Abidjan, les assassinats politiques et de journalistes dérangeants, ou encore les malversations dans le secteur du cacao, dont l'exploitation – pourtant un pilier de l'économie ivoirienne - a été bradée à de grandes entreprises occidentales.

Sur le plan économique, d'ailleurs, la Côte d'Ivoire a stagné sous Gbagbo. Les infrastructures se sont détériorées et la population est devenue globalement plus pauvre.

Elfenbeinküste Kämpfe UN

Nouvelle flambée de violence à Abidjan

Pourtant, de nombreux jeunes Ivoiriens avaient placés de grands espoirs en Laurent Gbagbo. Bon orateur, d'obédience marxiste, il avait promis au pays de s'affranchir de la dépendance vis-à-vis del'occident et de la France, de créer une sorte de nouvelle voie ivoiro-panafricaine, en rupture avec l'ère Houphouët-Boigny. Une position qui lui a valu de nombreux adeptes et admirateurs, et son aura dépassait les frontières de Côte d'Ivoire.

Laurent Gbagbo est d'ailleurs le premier à obtenir en 1990 une élection présidentielle pluraliste. Son élection, en 2000, marque le retour d'un régime civil après la parenthèse militaire de la junte emmenée par le général Gueï.

Mais son incapacité, une fois au pouvoir lui-même, à organiser l'élection présidentielle prévue initialement en 2005 pour organiser sa succession, puis à reconnaître, en dépit des pressions internationales, les résultats du second tour de 2010, ont discrédité durablement Laurent Gbagbo sur la scène politique. D'ailleurs son ère se sera terminée dans l'isolement diplomatique, une fin de règne tragique au vu de l'engouement que Laurent Gbagbo suscitait à ses débuts.

Auteur: Sandrine Blanchard
Edition: Georges Ibrahim Tounkara

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !