Nations unies : vers un traité contre la pollution plastique | International | DW | 03.03.2022

Découvrez le nouveau site de DW Afrique

Testez en exclusivité la version beta de DW Afrique. Votre avis peut nous aider à améliorer le nouveau site.

  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Nations unies : vers un traité contre la pollution plastique

Le texte adopté est qualifié d’historique. Il revient maintenant à un comité intergouvernemental de négociation d'élaborer le traité et son mécanisme.

La pollution plastique contribue notamment à l'effondrement de la biodiversité.

La pollution plastique contribue notamment à l'effondrement de la biodiversité.

L'Assemblée des Nations unies pour l'environnement, plus haute instance internationale sur les questions environnementales, réunie à Nairobi au Kenya, a adopté le principe d’un traité contre la pollution plastique.

Il porte sur l'ensemble du cycle de vie des plastiques, c’est-à-dire de la production et de l'utilisation durable à la gestion des déchets, la réutilisation ou encore le recyclage.

Le texte recommande en outre d'encourager l'action de toutes les parties prenantes, y compris le secteur privé, dans un secteur qui pèse des milliards.

Le texte recommande en outre "d'encourager l'action de toutes les parties prenantes, y compris le secteur privé", dans un secteur qui pèse des milliards.

Le but est de lutter efficacement contre la pollution, un fléau qui menace l'environnement et qui contribue à l'effondrement de la biodiversité.

"Ce qui est maintenant clair, c'est que nous aurons un cadre mondial, international, complet et solide sur la pollution plastique", a déclaré Inger Andersen, directrice exécutive des Nations unies.

Un comité intergouvernemental de négociation a été chargé d'élaborer le traité qui sera "juridiquement contraignant" d'ici 2024.

Un cadre juridique

Le traité va servir de cadre juridique pour tout le cycle de vie des plastiques et favoriser la collaboration internationale renforcée pour faciliter l'accès aux technologies, sans oublier la coopération scientifique et technique.

Le texte adopté prévoit d'élaborer des mécanismes de contrôle ainsi que des financements pour les pays pauvres.

Le texte adopté prévoit d'élaborer des mécanismes de contrôle ainsi que des financements pour les pays pauvres.

Pour Amina Mohammed, la sous-secrétaire générale des Nations unies, l’étape de Nairobi a été un progrès.

"Ce progrès sur un accord mondial juridiquement contraignant sur la pollution plastique est une première étape vers sa mise en œuvre et cela fera une différence. Ce qui montre une nouvelle fois la vraie valeur du multilatéralisme."

Un multilatéralisme pourtant mis à mal aujourd’hui par le conflit ukrainien. Mais l'engagement affiché par de grandes multinationales, dont certaines grandes utilisatrices d'emballages comme Coca-Cola ou Unilever, pour un traité fixant des règles communes renforce l'optimisme, même si elles ne se sont pas prononcées sur des mesures précises.

En attendant un accord international contraignant sur la pollution plastique, les Nations unies ont annoncé travailler avec les gouvernements et plusieurs grandes entreprises pour abandonner les plastiques à usage unique.