L′Union Européenne dénonce les procès en Iran | International | DW | 10.08.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

L'Union Européenne dénonce les procès en Iran

En Iran, le deuxième procès des opposants dont une Française et deux Britanniques s'est ouvert samedi devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran. L'Union Européenne dénonce un acte contre l'ensemble des pays membres.

default

Les inculpés devant le Tribunal révolutionnaire de Téhéran

Comme lors du premier procès, de nombreux opposants ont fait des aveux et demandé pardon, à l'instar de la jeune universitaire française Clothilde Reiss:

Clotilde Reiss Gerichtshof Iran

Clothilde Reiss est emprisonnée depuis le mois de juillet

«Deux jours après l'élection présidentielle j'étais à Téhéran. Le 15 et le 17 juin, j'ai participé aux manifestations dans la ville. J'ai fait des photos, des films que j'ai envoyés à des amis en France.»

Pour le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, il s'agit là d'aveux "travaillés", "imposés", et Clothilde Reiss n'est coupable de rien du tout. L'Union Européenne, dont la Suède assure actuellement la présidence tournante, dénonce un procès spectacle.

Beligen EU Präsidentschaft Schweden Carl Bildt

Carl Bildt demande que tous les opposants soient libérés

Carl Bildt, le ministre suédois des Affaires étrangères :

« Du côté européen, nous avons réagi très fermement à cela. Nous avons dit que ce procès n'était pas dirigé contre des individus ou des pays, mais bien contre l'Union Européenne toute entière. Et nous allons traiter cette affaire en conséquence.»

L'Union exige la libération de tous les inculpés, une demande à laquelle la République islamique n'est pas prête de donner suite comme l'explique Hassan Ghashghavi, un porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères :

« La République islamique d'Iran restera de marbre face à ces exigences irrationnelles. »

De son côté, la Finlande a convoqué l'ambassadeur iranien à Helsinki afin de lui exprimer son inquiétude concernant le procès. Le sort des inculpés est d'autant plus préoccupant qu'un des candidats malheureux à la présidentielle, Mehdi Karoubi, a affirmé que des manifestants arrêtés avaient été violés lors de leur détention.

Iran - Karrubi

Mehdi Karoubi lors d'une manifestation à Téhéran le 30 juillet

Mehdi Karoubi qui est, comme l'opposant Mir Hossein Moussavi et l'ancien président réformateur Mohammad Khatami, dans la ligne de mire des autorités: le chef du bureau politique des Gardiens de la révolution, l'organe idéologique du régime, a appelé à les juger et à les punir pour avoir voulu déclencher une révolution de velours au lendemain de la présidentielle.

  • Date 10.08.2009
  • Auteur Audrey Parmentier/CL
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/J7B3
  • Date 10.08.2009
  • Auteur Audrey Parmentier/CL
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/J7B3
Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !