Libye : querelles au sein du Conseil national de transition | Afrique | DW | 09.08.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Libye : querelles au sein du Conseil national de transition

Le Conseil national de transition, organe regroupant les insurgés, a limogé lundi son bureau exécutif. Ce bureau est l'équivalent d'un gouvernement de transition. Les causes réelles de ce limogeage restent imprécises.

default

Les rebelles libyens tentent difficilement d'atteindre la capitale Tripoli

Sur le terrain, une pause semble s'observer dans l'offensive contre le régime du colonel Mouammar Kadhafi, qui continue pourtant d'accuser les forces de l'Otan de tuer des civils dans les frappes aériennes sur Tripoli. Le régime de Mouammar Kadhafi accuse en effet les forces de l'Otan d'avoir tué 85 villageois dont 33 enfants près de la ville de Zliten dans l'Ouest de la Libye. C'est Moussa Ibrahim, le porte-parole du gouvernement de Tripoli qui a fait cette annonce sur la télévision d'Etat, pointant du doigt des frappes qui auraient eu lieu tard lundi afin d'aider les insurgés à pénétrer dans un petit village appelé Majer.

Libyen / Gaddafi / Tripolis

Le guide libyen Mouammar Kadhafi continue de résister aux pressions internes et externes

L'Otan n'a pas reconnu l'existence de victimes suite aux frappes. Le régime de Kadhafi qui condamne l'intervention de l'Alliance atlantique mène une campagne de dénonciation à grand renfort de médias pour sensibiliser ses partisans contre les frappes de l'Otan et l'insurrection venue de Benghazi. Une insurrection dont l'organe politique, le Conseil national de transition, CNT, est plongé dans des difficultés qui se sont traduites par le limogeage lundi du bureau exécutif du Conseil de transition. Moustapha Abdeljalil le président du CNT n'a pas fourni de détails sur les motifs qui l'ont déterminé à prendre une telle décision.

Toutefois ce limogeage intervient comme un acte d'assainissement dans un contexte où les dissenssions internes deviennent virulentes.

Libyen Nationaler Übergangsrat Vorsitz Mustafa Abdul Dschalil

Moustapha Abdeljalil le président du Conseil National de Transition basé à Benghazi

Les observateurs de la crise libyenne présentent l'assassinat il y a deux semaines du général Abdel Fatah Younes comme une des conséquences de ces dissensions.

Le Conseil composé d'une quarantaine de membres est en proie à des querelles de pouvoir qui retardent son avancée vers Tripoli. Selon certaines informations émanant de sources proches de la rébellion, le limogeage du bureau exécutif viserait notamment certaines personnalités comme Ali Essawy chargé des affaires étrangères et Jallal Al Digheily en charge de la défense au sein du Conseil. Ces deux personnes sont soupçonnées d'avoir favorisé l'assassinat du général Younes. Pour l'instant aucun délai n'est indiqué pour la formation d'un nouveau gouvernement.

Auteur: Fréjus Quenum
Edition: Marie-Ange Pioerron

Audios et vidéos sur le sujet