L′ex-Première dame de Côte d′Ivoire Simone Gbagbo libérée | Afrique | DW | 08.08.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

L'ex-Première dame de Côte d'Ivoire Simone Gbagbo libérée

Simone Gbagbo a été libérée suite à son amnistie par le président Ouattara. Elle a regagné sa résidence du quartier de Cocody à Abidjan où l'attendaient un millier de sympathisants euphoriques.

Il était 12h15, heure locale, ce mecredi, quand Simone Gbagbo a quitté l'école de gendarmerie d'Abidjan. La fin de sept années en détention au total, dans différents lieux. L'ex première-dame ivoirienne a retrouvé ses partisans à la mi-journée après son amnistie lundi décidée par le président Alasanne Ouattara. Arrivée à sa résidence dans le quartier de Cocody, près d'un millier de personnes l'attendaient.

"Une page est tournée"

Simone Gbagbo a salué ses partisans avant de prendre le chemin de son domicile. "L'ancienne page est tournée, levez-vous pour une nouvelle page, on est partis sans arrêt, on est partis, on est partis!", a-t-elle déclaré auparavant. Amnistiée lundi, comme 800 autres personnes, elle aura passée 7 ans en détention. Simone Gbagbo avait été condamnée à 20 ans de prison pour atteinte à la sureté de l'Etat. On lui reprochait son rôle dans la crise post-électorale de 2010. Elle reste cependant poursuivie par la Cour pénale internationale.

Réconciliation nationale

Elfenbeinküste Wahl Opposition Protest FLASH Galerie (AP)

La crise post-électorale avait fait 3000 morts en 2010-2011.

L'amnistie des centaines de personnes décidée lundi par le président Alasanne Ouattara vise à favoriser la réconciliation nationale en Côte d'Ivoire. Un sujet sur lequel le pays avait peu avancé depuis les 7 ans au pouvoir d'Alasanne Ouattara. Des élections doivent avoir lieu dans le pays en 2020. Il s'agira d'éviter la crise post-électorale de 2010-2011 qui avait fait 3000 morts.