″Les jours de Ilunkamba sont comptés″, Israël Mutala (analyste) | Afrique | DW | 26.01.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

"Les jours de Ilunkamba sont comptés", Israël Mutala (analyste)

Le Premier ministre Sylvestre Ilunkamba et son gouvernement sont visés par une motion de censure qui a été signée vendredi dernier par 301 députés sur 500.

Entre Sylvestre Ilunga Ilunkamba et Félix Tshisekedi, la rupture est consommée

Entre Sylvestre Ilunga Ilunkamba et Félix Tshisekedi, la rupture est consommée

 L'Assemblée nationale de la République démocratique du Congo a reporté mardi d'une journée l'examen d'une demande de démission du gouvernement et de son Premier ministre, étape cruciale dans l'offensive du président de la République Félix Tshisekedi pour la mise à l'écart de son prédécesseur Joseph Kabila.

L'Assemblée a pris cette décision en raison de l'absence du Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, un fidèle de l'ancien président Kabila (2001-2019). La séance reprendra mercredi "à 11h00", a indiqué le président de séance.

La séance de mardi n'a duré que quelques minutes, avec pour ordre du jour l'examen d'une motion de défiance contre le gouvernement et le Premier ministre, signée par une majorité de 301 députés sur 500. Des isoloirs avaient déjà été installés dans la salle des séances, en prévision du vote sur la motion de défiance.

Nouvel ordre politique

Il s'agit d'une étape cruciale dans le nouvel épisode de la transition politique en RDC qui a commencé le 6 décembre.

Ce jour-là, le président Tshisekedi a demandé la fin de la coalition au pouvoir qu'il formait depuis son investiture en janvier 2019 avec son prédécesseur Kabila.

Lire aussi →RDC : motion de censure contre le Premier ministre

Pour l'analyste politique, Israël Matala, le sort du Premier ministre congolais est néanmoins scellé et le vote de cette motion de censure va reconfigurer la majorité en faveur de Félix Tshisekedi. 

Écouter l'audio 02:09

"Les griefs contre le Premier ministre ne sont qu'un prétexte", Israël Mutala (analyste politique)

Cette coalition était le pilier de la transition pacifique du pouvoir entre les deux hommes, la première dans l'histoire du Congo.

En effet, s'il avait été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018, M. Tshisekedi devait gouverner avec une majorité parlementaire restée fidèle à M. Kabila.

Des reformes en vue

En annonçant la fin de la coalition, M. Tshisekedi a souhaité une nouvelle majorité à l'Assemblée, pour soutenir sa politique de réformes. Il a pour cela nommé un chargé de mission début janvier, chargé d'identifier une nouvelle majorité parlementaire "d'union sacrée de la Nation" autour de sa politique.

Issu du Front commun pour le Congo (FCC) fidèle à Joseph Kabila, comme les 2/3 des 65 ministres de l'actuel gouvernement, le Premier ministre Ilunga Ilunkamba y a rencontré lundi Joseph Kabila à Lubumbashi.

L'Assemblée a expliqué qu'elle suspendait sa séance d'une journée pour donner le temps au Premier ministre de revenir à Kinshasa.

Le Premier ministre s'est rendu à Lubumbashi avec un ordre de mission d'une durée de trois jours, de dimanche à mardi, d'après un document signé par le ministre de l'Intérieur.