L′Algérie vote sans grand enthousiasme | Afrique | DW | 10.05.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'Algérie vote sans grand enthousiasme

Le scrutin législatif ne semble pas susciter de grand intérêt au sein de la population. Bon nombre de citoyens doutent de la bonne foi des pouvoirs publics, malgré les déclarations du président Bouteflika.

En somme, 21 millions et demi d’inscrits doivent élire 462 députés parmi 44 partis, dont sept islamistes. La grande question reste le taux de participation, estimé à environ 15,5% à la mi-journée. Les chiffres définitifs ne seront publiés que demain car il n'y a pas de sondages à la sortie des urnes. Les rangs étaient clairsemés ce matin, à Alger, devant les bureaux de vote, alors que le président Abdel Aziz Bouteflika a exhorté ses concitoyens à se rendre massivement aux urnes. L’autre inconnue majeure de cette élection sera le score des islamistes modérés qui ont le vent en poupe dans le monde musulman après le printemps arabe. Sauf que ceux de l’Algérie sont connus pour être contrôlés par l’appareil d’Etat.

Le président Bouteflika assure vouloir démocratiser le pays

Supporters of Algeria's National Liberation Front (FLN) attend an electoral meeting, at the sport indoor hall in Algiers, 14 May 2007. The last day of the official campaign for parliamentary elections in Algeri. Nearly 19 million citizens are registered to vote. EPA/MOHAMED MESSARA +++(c) dpa - Report+++

Le scrutin législatif ne semble pas susciter de grands intérêts au sein de la population

De nombreux Algériens ne semblent pas convaincus que cette élection pourra changer grand chose dans leur vie quotidienne, surtout les jeunes, durement frappés par le chômage, mais qui ne s'intéressent pas beaucoup à la politique. Le gouvernement, quant à lui, continue de marteler sa volonté d'accélérer la démocratisation du pays, et juge ce rendez-vous électoral très important.

Une révision de la Constitution suivra ces législatives et, plus tard, une élection présidentielle. On saura alors si oui ou non, les promesses du pouvoir algérien en termes de démocratie auront été tenues.

Auteur : Yéro Ndiaye
Edition : Sandrine Blanchard, Kossivi Tiassou

Écouter l'audio 03:11
Now live
03:11 min

Le point à 17h TU avec notre correspondant Tarek Draoui à Alger

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet