L′air de la campagne... | Vu d′Allemagne | DW | 24.08.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'air de la campagne...

La presse allemande de ce lundi revient sur l'avenir toujours incertain d'Opel et sur la campagne électorale allemande.

default

L'avenir n'est pas rose pour le prétendant au fauteuil de chancelier !

Une campagne à l'ambiance mitigée, analyse la Frankfurter Rundschau. Les électeurs donnent l'impression de ne pas vouloir chasser de la chancellerie Angela Merkel qui reste appréciée, selon les sondages. Pourtant, même si cela ne veut pas dire que les citoyens allemands lui accorderont une confiance très large, celle-ci sera toutefois plus importante que celle accordée à son Ministre des affaires étrangères et concurrent. En effet, ce dernier a un problème d'envergure : pour réussir, Steinmeier devra pactiser soit avec die Linke, un parti qu'il rejette, soit avec le FDP, un parti qu'il déteste. Un dilemne paralysant.

Oskar Lafontaine

Le président du parti « Die Linke » pourrait être un allié du SPD, qui n'en veut pourtant pas...

On peut comprendre pourquoi le SPD attaque Angela Merkel avec rage plutôt qu'avec des arguments, reprend la Süddeutsche Zeitung. C'est que la chancelière a réussi le tour de force de se rendre inattaquable sur tous les sujets, ce qui lui vaudrait le surnom de chancelière Teflon. En effet, quel que soit le terrain que les sociaux-démocrates veulent occuper, on dirait que la chancelière est déjà passée par là. Qu'il s'agisse de l'avenir de l'Allemagne, de l'initiative pour la formation ou de l'emploi, aucun de ces sujets n'est plus la chasse gardée des sociaux-démocrates. Même la tentative timide de ce week-end de Frank-Walter Steinmeier de proposer un retrait des soldats allemands d'Afghanistan n'a pas duré longtemps car la chancelière est déjà pour... lorsque le temps sera venu bien sûr.

Bundeskanzlerin Merkel in Afghanistan

La chancelière allemande Angela Merkel s'estr déclaré en faveur du retrait d'Afghanistan lorsque ce pays connaîtra une paix stable...

Ce débat relancé sur l'Afghanistan occupe aussi die Welt qui revient pourtant en première page sur les nouvelles incertitudes qui planent sur l'avenir d'Opel. Lors de sa réunion de vendredi dernier, le conseil de surveillance du groupe automobile américain a une fois de plus ajourné sa décision concernant le futur repreneur de la marque allemande. C'est une véritable guerre des nerfs, tance le quotidien. Angela Merkel exige des progrès mais le management de GM semble vouloir jouer la montre, espérant peut-être encore plus de concessions, à savoir d'argent public, de la part de Berlin.

Abwrackprämie Autos Schrotthalde Opel

La marque automobile à l'éclair toujours dans l'incertitude quant à son avenir... Combien de temps encore ?

Ce qui fait dire à la Frankfurter Allgemeine Zeitung : on peut comprendre la stupeur de Berlin, après l'ajournement des travaux du directoire de GM. Mais pourquoi la chancelière tire-t-elle ainsi à boulets rouges sur les Américains, agitant l'épouvantail de conséquences en termes de politique extérieure ? La solution de ce dossier est-elle si importante en termes de politique interne qu'il faille ici faire feu de tout bois pour sauver l'usine Opel en fait superflue d'Eisenach ? Ou bien s'agit-il ici d'accords secrets d'une toute autre dimension avec Moscou pour vouloir à ce point imposer le repreneur Magna, qui est appuyé par des capitaux russes ?

  • Date 24.08.2009
  • Auteur Christophe Lascombes
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/JHHu
  • Date 24.08.2009
  • Auteur Christophe Lascombes
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/JHHu
Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !