La hausse du prix de l′or profite-t-elle à l′Afrique ? | Afrique | DW | 04.08.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

La hausse du prix de l'or profite-t-elle à l'Afrique ?

Le prix de l’or augmente sur les marchés internationaux. Une once, soit environ 31 grammes, coûte plus de 1600 dollars. L’Afrique du Sud, le Ghana et la Tanzanie font partie des plus importants producteurs d’or au monde.

default

Le prix du métal précieux ne cesse d'augmenter

Abubakar Lawal est satisfait. Le marchand d'or est de passage à Accra, la capitale du Ghana, et pour lui, les affaires marchent :

Tagebau Goldmine in der Nähe der Stadt Prestea, GhanaBogoso Gold Limited

La société Bogoso Gold Limited gère une mine d'or près de Prestea au Ghana

« Je fais de bons profits en ce moment. Le prix mondial de l'or se répercute sur nos marchés locaux. Ici aussi le prix de l'or augmente et cela nous profite. »

Abubakar Lawal est un vendeur intermédiaire. Actuellement, il vend son or à 63 cedis le gramme, soit un peu moins de 30 euros. Un bon bénéfice par rapport au prix sur le marché mondial. (Le commerçant vient de la région de Kumasi, particulièrement riche en or.) Avec une production annuelle d'environ 100 tonnes, le Ghana fait partie des dix plus grands producteurs d'or de la planète. L'industrie minière aurifère est entre les mains de compagnies multinationales canadiennes, américaines ou sud-africaines. Ce sont elles qui profitent en premier lieu de l'exploitation de l'or, affirme Sebastian Rötters, de l'organisation de défense des droits l'Homme FIAN, qui lutte contre la faim dans le monde :

« A qui vont les profits ? C'est la grande question dans le secteur des matières premières. Les ressources naturelles du sous-sol appartiennent à l'Etat. Il a le droit de les exploiter ou d'accorder des concessions. Celles-ci vont en général à des grandes sociétés, qui doivent payer une redevance sur le minerai. Mais le pourcentage est en général très bas. »

Au Ghana, la redevance sur le minerai s'élève à 5%, mais les grandes sociétés d'exploitation bénéficient d'avantages fiscaux. Même chose en Tanzanie, le troisième pays producteur d'or sur le continent. Humphrey Moshi est économiste à l'université de Dar es Salaam :

Goldgräber auf Madagaskar

A Madagaskar comme dans d'autres pays africains, beaucoup d'enfants sont orpailleurs


« Malheureusement, la hausse du prix de l'or n'apporte rien à la Tanzanie. La cause principale, ce sont de mauvais contrats entre le gouvernement et les investisseurs. La plupart des entreprises ne doivent quasiment pas payer d'impôts. C'est une perte importante de revenus pour l'Etat. »

Au-delà de la production industrielle de l'or, il existe à travers le monde près de 20 millions de petits exploitants, qui extraient du sol des petits éclats d'or à l'aide de pelles et de pioches. On estime que leur travail représente 12% de la production mondiale d'or. Le problème : ils travaillent de façon illégale aux abords des grandes mines, dans des conditions très difficiles et sans aucun droit. Ce sont eux qui profitent le moins de la hausse du prix de l'or.

A Kédougou, dans le sud-est du Sénégal, l'exploitation de l'or est pratiquée de façon artisanale mais aussi industrielle. Pour savoir à qui profite la flambée des prix de l'or dans cette région, écoutez les explications d'Amadou Diop, journaliste à Kédougou. Il est au micro de Carim Camara.

Auteurs: Stephanie Duckstein / Aude Gensbittel
Edition : Jean-Michel Bos

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !