La crainte d′une résurgence du paludisme | Afrique | DW | 24.04.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

La crainte d'une résurgence du paludisme

Alors que toutes les attentions sont concentrées sur la lutte contre le Covid-19, l'OMS met en garde contre le risque de résurgence du paludisme en Afrique.

Écouter l'audio 10:23

"Il faut augmenter les financements pour la santé" - Olivia Ngou

Ce samedi 25 avril marque la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. Mais en pleine pandémie de coronavirus, elle pourrait passer inaperçu.

En effet, la pandémie de Covid-19 pourrait perturber la distribution de moustiquaires et de médicaments contre le paludisme, a prévenu l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui appelle l'Afrique subsaharienne à intensifier ses campagnes de prévention.

"Des perturbations graves des campagnes de distribution de moustiquaires imprégnées d'insecticide [MII] et dans l'accès aux traitements anti-paludisme pourraient entraîner un doublement des morts en Afrique subsaharienne cette année par rapport à 2018", ajoute l'OMS en se fondant sur une nouvelle analyse par modélisation.

Écouter l'audio 02:21

Corine Karema : "Le Covid 19 ne doit pas éclipser le paludisme"

En outre, "l'OMS exhorte les pays à prendre des mesures rapides et à distribuer des instruments de prévention et de traitement à ce stade de l'épidémie de Covid-19 en Afrique subsaharienne".

 Or, l’urgence de la lutte contre le Covid-19, notamment en termes de mobilisation financière, ne doit pas faire oublier la crise sanitaire permanente du paludisme en Afrique qui touche avant tout les enfants. C’est ce qu’explique la médecin et consultante en paludisme et maladies infectieuses Corine Karema. Elle est également responsable du Programme de contrôle et d’élimination du paludisme à l’Alliance des dirigeants africains contre le paludisme.

Doublement du nombre de morts

Selon l'OMS, cette maladie a tué l’année dernière près d’un demi-million de personnes en Afrique subsaharienne.

L’experte en paludisme, Olivia Ngou

L’experte en paludisme, Olivia Ngou

"Le bilan des morts du paludisme en Afrique subsaharienne en 2020 atteindrait 769.000, deux fois plus qu'en 2018. Cela signifierait un retour à des taux de mortalité que l'on ne voit plus depuis 20 ans", souligne l'OMS.

L'Afrique subsaharienne représentait en 2018 environ 93% de tous les cas de paludisme dans le monde et 94% des décès. Plus des deux tiers des décès concernent les enfants de moins de cinq ans, selon le dernier rapport mondial sur le paludisme de l'OMS.

"La paludisme est une des premières causes de mortalité", rappelle aussi l'experte en paludisme, Olivia Ngou. La directrice de l'ONG Impact santé Afrique s'exprimait dans la matinale

de la DW ce vendredi 24 avril."Le paludisme va ressurgir et peut encore causer beaucoup de dégâts", a-t-elle expliqué. 

Cette semaine, en appelant à la mobilisation, l'OMS estimait que la pandémie de coronavirus pourrait perturber la distribution de moustiquaires et de médicaments contre le paludisme. L'organisation craint un doublement du nombre de morts.

Pour écouter l’intégralité de l’interview de Olivia Ngou cliquez sur la photo (en haut).

Audios et vidéos sur le sujet