La course aux armements se poursuit dans le monde | Allemagne | DW | 15.03.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

La course aux armements se poursuit dans le monde

C’est là le constat du SIPRI, l'Institut international de recherche pour la paix basé à Stockholm, en Suède. L'Allemagne fait partie des cinq principaux pays fournisseurs. Elle a plus que doublé ses ventes d'armes.

default

U-Boot 209/1400 Sous-marin allemand pour l'Afrique du Sud dans le port d'Emden (Mer du Nord)

Dans son rapport annuel sur le commerce des armements, le SIPRI souligne qu'au niveau mondial, les ventes d'armes ont été supérieures de 22% pour la période 2005-2009 à ce qu'elles ont été au cours des cinq années précédentes. Même de nombreux pays pauvres ont consacré une grande partie de leur budget à l'achat d'armes.

L’Allemagne fait partie des principaux pays fournisseurs.

Au cours des cinq dernières années, la République fédérale a plus que doublé ses ventes d’armes grâce notamment à l’exportation de sous-marins, de chars d’assaut et autres engins blindés.

Panzer No-Flash Noflash

Blindé avec canon anti-aérien "Gepard 1A2"

La part de l’Allemagne dans le commerce mondial des armes et systèmes d’armements atteint ainsi plus de 11%. L’Allemagne occupe ainsi la troisième place après les Etats-Unis et la Russie qui y participent respectivement pour 30 et 23 %. La République fédérale exporte ses armes dans de nombreux pays, tels que par exemple la Chine et Taiwan, Israël et la Jordanie, mais ses principaux clients sont la Turquie (14% des ventes), la Grèce (13%) et l’Afrique du Sud (12%). En 2009, rien que la Turquie a signé un contrat lui donnant le droit de licence pour six sous-marins allemands de la classe U214 d’une valeur de deux milliards d’euros. Au cours des cinq dernières années, la Grèce, éternel rival de la Turquie pourtant au bord de la faillite, a elle aussi passé d’importantes commandes à l’Allemagne ainsi qu’à plusieurs autres pays. Malgré son budget hautement déficitaire, la Grèce se classe même parmi les cinq premiers importateurs mondiaux d’armements.

L'opposition réclame un contrôle parlementaire

Chopper Hubschrauber der Bundesmarine am Horn von Afrika im Kampf gegen Piraterie

Hélicoptère de la marine allemande

Face à cette évolution, malgré les emplois qu'assurent la fabrication et la vente d'armes, certains partis d’opposition en Allemagne, comme les Verts, exigent que le Bundestag, le parlement allemand, obtienne un droit de véto concernant les exportations d’armes allemandes à l’étranger. Un tel contrôle parlementaire existe d’ailleurs déjà dans d’autres pays. Le parti de La Gauche "Die Linke" qualifie l’ampleur des exportations allemandes d’armes d’"horrifiante". "Des emplois en Allemagne ne doivent pas provoquer la mort de personnes dans d’autres pays“, a ainsi déclaré ce lundi le vice-président du groupe de Die Linke, Jan van Aken, au journal « Frankfurter Rundschau ».

Du côté gouvernemental, on souligne que les ventes d’armes de l’Allemagne à l’étranger concernent essentiellement des pays partenaires de l’OTAN et que Berlin interdit déjà les exportations d’armes dans de nombreux pays.

Auteur : Ph. Pognan
Edition : Georges Ibrahim Tounkara