L′énergie nucléaire remise en question | Allemagne | DW | 14.03.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

L'énergie nucléaire remise en question

La gravité des accidents nucléaires au Japon a immédiatement relancé le débat sur l’utilisation de l’énergie nucléaire un peu partout dans le monde et particulièrement en Allemagne.

default

Centrale nucléaire de Brokdorf dans l'Etat régional du Schleswig-Holstein, dans le nord du pays

En effet, dans ce pays, l’énergie nucléaire est fortement contestée par une grande partie de la population, depuis des décennies déjà. Alors qu’en 2002, la coalition gouvernementale rouge-verte du chancelier Gerhard Schröder avait décidé d’abandonner l’énergie nucléaire progressivement d'ici à 2020, la coalition noire-jaune - conservatrice libérale de la Chancelière Angela Merkel a décidé l'automne dernier d'allonger de 12 ans en moyenne la durée de vie des 17 centrales nucléaires allemandes.

"Les centrales nucléaires ici, les vieilles centrales construites en 1969 sont exactement les mêmes que celles construites au Japon, elles ne sont pas faites pour résister à la chute d’un avion ou à des attaques terroristes. Donc la chute d’un avion ou une attaque terroriste pourrait ici aussi en Allemagne provoquer une catastrophe." Un avertissement lancé hier soir par Christoph von Lieven, expert du nucléaire de Greenpeace.

Alors que plusieurs élections régionales doivent avoir lieu en 2011, la question du nucléaire revêt une importance toute particulière face aux évènements qui frappent le Japon. Les Verts, le parti écologique , voit en tout cas sa politique confirmée.

Internationaler Frauentag - Claudia Roth gratuliert

La présidente du Parti des Verts Claudia Roth

La co-présidente du parti des Verts, Claudia Roth:

" Depuis des décennies, nous les Verts, répétons que l’énergie nucléaire est une technologie à risque qui n’est pas maîtrisable. Ce qui s’est passé est un horrible malheur, et c’est terrible de voir notre opinion confirmée de cette manière. Et cette tragédie, ce cauchemar au Japon n’est pas encore terminé … "  

Non seulement les Verts , mais aussi les autres partis de l’opposition, le parti social démocrate et La Gauche, ont vivement remis en question la décision prise l’automne dernier par la coalition conservatrice libérale de la chancelière visant à prolonger de plusieurs années la durée de vie des centrales. Mais aussi, au sein des partis de la coalition gouvernementale, , l’exemple du Japon est un choc qui incite à réfléchir.

Pressekonferenz Merkel Westerwelle 2011 Laufzeit Atomkraftwerke Japan

Le ministre des Affaires étrangères et vice-chancelier Guido Westerwelle et la chancelière Angela Merkel lors de la conférence de presse à Berlin le 14.03.2011

Aussi, cet après midi, lors d’une conférence de presse à Berlin, la chancelière Angela Merkel a déclaré revenir sur cette décision, du moins se donner le temps de contrôler les normes de sécurité des centrales.

" Et je le dis clairement: il n’y aura aucun tabou lors de ces contrôles de sécurité et c’est pourquoi nous allons suspendre l'allongement de la durée des vie des centrales nucléaires allemandes récemment adopté. Il s'agit d'un moratoire, et ce moratoire est valable pour trois mois",

Ce qui se passe au Japon "change la situation, en Allemagne aussi", a ajouté la chancelière. "Nous ne pouvons pas faire comme si de rien n'était…"

Lundi soir plusieurs veillées antinucléaires étaient prévues dans pas moins de 400 villes, et notamment à Berlin même, la capitale, devant les portes de la Chancellerie.

Mardi, la chancelière doit rencontrer les chefs de gouvernements des Etats régionaux où son installées les 17 centrales nucléaires.

De son côté, la Commission européenne a convoqué pour mardi à Bruxelles une réunion des ministres de l'Energie de l'Union européenne, des autorités nationales de sûreté nucléaire et des industriels du secteur pour tirer les premiers enseignements du drame nucléaire au Japon et pour évoquer les mesures à prendre.

Auteur: Philippe Pognan
Editeur: Marie-Ange Pioerron