João Lourenço secoue la galaxie dos Santos | Allemagne | DW | 19.10.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Allemagne

João Lourenço secoue la galaxie dos Santos

Les journaux allemands reviennent sur la lutte contre les détournements de fonds publics que mène le président angolais João Lourenço. Celui-ci semble déterminé face à la puissante famille de José Eduardo dos Santos.

"Il ose", écrit le journal la Tageszeitung qui rapporte les réactions d'Angolais au lendemain de l'arrestation de l'un des hommes les plus forts du pays sur instruction du président João Lourenço.  

José Filmino, surnommé "Zenu", fils de l'ancien président José Eduardo dos Santos, qui a dirigé le pays d'une main de fer pendant 38 ans, a bel et bien été arrêté et "jeté en prison pour détournements de fonds publics" commente la TAZ.

José Filmino est accusé par le procureur d'avoir subtilisé 500 millions de dollars des fonds souverains, qu'il a transférés sur un compte privé via une succursale londonienne de la banque HSBC. 

Selon la Taz qui se base sur les résultats d'une enquête menée par les autorités de Luanda, José Filmino et son partenaire commercial angolo-suisse, Jean-Claude Bastos de Morais, ont détourné plusieurs milliards de dollars, entre 2012 et janvier 2018, date à laquelle le fils de José Eduardo dos Santos a été destitué par le nouveau président souligne la Taz, qui loue le courage du président Lourenço.

En ordonnant l'interpellation de Filmino et son complice, l'actuel président angolais a donné carte blanche à la justice pour mettre un coup d'arrêt à tout crime organisé dans le pays commente le journal. "Maintenant, ils sont tous deux en détention à Luanda", écrit la Taz.

Pourtant, en 2016, "Zenu" avait espéré succéder à son père mais José Eduardo dos Santos a finalement choisi son ministre de la défense. "Depuis, le nouvel homme fort de Luanda n'a cessé d'effectuer des purges d'une ampleur sans précédent", rencherit le journal.  

Depuis le 1er octobre, les transferts d'argent en provenance d'Angola vers des paradis fiscaux, qui avaient atteint des proportions énormes, ont été interdits. Une loi votée en mai ordonne le rapatriement des avoirs en devises sur des comptes privés angolais, dont le montant total est estimé par la Banque centrale à 30 milliards de dollars, soit un tiers du produit intérieur brut explique la Taz. 

Enfin, la Banque centrale angolaise a par ailleurs demandé à toutes les banques nationales de vérifier la valeur réelle des biens achetés lors des transactions entre des Angolais et des pays étrangers, afin de mettre fin aux blanchiments de capitaux liés à des factures excessives.  

Espoir pour un vaccin contre l'épidémie d'Ebola qui sévit dans l'est de la RDC

L'utilisation d'un vaccin expérimental laisse espérer que le virus ne se propagera pas aussi rapidement. Mais ce vaccin n'existe que depuis peu, bien que les scientifiques y travaillent depuis la fin des années 1970. 

L'OMS estime que la menace de propagation régionale est très élevée même si le virus n'atteindra pas aussi rapidement les pays voisins écrit le journal Die Welt, qui commente que la proclamation d'un statut de menace internationale du virus Ebola pourrait compliquer la maîtrise de l'épidémie. Selon Die Welt, il y aurait ainsi des restrictions sur le commerce, sur les conditions de voyage et sur le travail des auxiliaires de santé. 

Les combats entre les groupes rebelles et le gouvernement dans la région touchée compliqueraient également la fin de l'épidémie. 

En plus de la vaccination, il est important de veiller à l'isolement des patients et à l'enterrement rapide des victimes, afin de maîtriser l'épidémie le plus rapidement possible. 

"La vaccination peut aider à stopper la propagation de la maladie, mais ce n'est qu'une des nombreuses mesures" écrit le journal.

Enfin, Die Welt rapelle qu'il est important de maîtriser rapidement l’épidémie car la maladie écrit le journal se propage actuellement dans les provinces densément peuplées du Nord-Kivu et de l’Ituri où environ huit millions de personnes vivent dans le seul Nord-Kivu, conclut le quotidien allemand. 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !