Jacques Chirac est mort | International | DW | 26.09.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Jacques Chirac est mort

L'ancien président de la République française Jacques Chirac s'est éteint ce jeudi matin (26.09.2019) à l'âge de 86 ans.

L'ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi matin à l'âge de 86 ans, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux.

"Le président Jacques Chirac s'est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement", a déclaré M. Salat-Baroux, époux de Claude Chirac.

Une minute de silence a été observée à l'Assemblée nationale française, ainsi qu'au Sénat, où le décès a été annoncé en séance. SLe président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a réagi en indiquant que "Jacques Chirac fait désormais partie de l'Histoire de France".

L'Allemagne a salué, par la voix de son chef de la diplomatie Heiko Maas, la mémoire d'"un grand homme d'État et un Européen".

La conquête du pouvoir

L'ex-président était une figure majeure de la droite française dont la longévité, entre succès brillants et échecs cuisants, a démontré une exceptionnelle capacité de rebond.

Celui qui n'apparaissait plus en public depuis plusieurs années fut président pendant douze ans (1995-2007), deux fois Premier ministre, trois fois maire de Paris, créateur et chef de parti et ministre à répétition.

Jacques Chirac a aussi été le premier président de la Vème République condamné par la justice française. Il a été condamné à deux ans de prison avec sursis en 2011 pour une affaire d'emplois fictifs quand il était maire de Paris. Il était alors âgé de 79 ans.

En 2002, lorsqu'il affronte Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle et refuse de débattre avec lui à la télévision, il justifie son refus en déclarant : "Je ne peux pas accepter la banalisation de l'intolérance et de la haine".

Des propos qui tranchent avec ceux prononcés onze ans plus tôt, alors qu'il était Premier ministre, lors d'un dîner-débat avec les militants de son parti. À l'époque, ses remarques sur "le bruit et l'odeur" des immigrés avaient suscité l'indignation.

Ses mandats de présidents français resteront marqués par son "non" à la deuxième guerre d'Irak initiée par les Etats-Unis en 2003, la fin de la conscription militaire, la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français dans les crimes nazis, ou encore son cri d'alarme ("Notre maison brûle") face à la dégradation de l'environnement dans le monde - c'était en 2002.

Il reste aussi un symbole du système néocolonialiste de la Françafrique dont il avait repris le flambeau de son prédécesseur François Mitterrand.

Jacques Chirac était parvenu à conquérir la présidence française - rêve d'une vie pour ce fils unique - en 1995 après deux candidatures infructueuses (1981 et 1988).

Sa dernière sortie publique remontait à novembre 2014, au Musée du Quai-Branly à Paris consacré aux arts premiers, et qui porte depuis son nom. 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !